lundi 21 décembre 2009

Bonnes fêtes et heureuse année 2010 !




mardi 8 septembre 2009

François BAYROU : chef d'une opposition crédible


lundi 9 mars 2009

Jean-François KAHN





jeudi 2 octobre 2008

La crise d'adolescence du MoDem des Alpes-Maritimes


Cela devenait urgent d'organiser le mouvement ; c'est fait.

Les élections départementales ont nettement confié à Loïc Dombreval et son équipe la présidence départementale. Félicitations donc, pour cette campagne, votre capacité d'écoute et le professionnalisme de toute l'équipe.


Comme je le disais sur ces mêmes pages le 30 juillet dernier, la nette victoire 60-40% donne une légitimité incontestable aux décisions qui seront prises car, il faut bien le reconnaître, il n'y avait pas jusqu'à aujourd'hui de légitimité «naturelle». Alors, soutenant Loïc Dombreval, je pourrai à mon tour appeler à un vaste rassemblement, à se mettre désormais au travail ensemble pour structurer le département. Oui, bien sûr... mais les plaies sont profondes.

J'ai vécu cette compétition interne depuis la commission électorale et comme candidat à la présidence et au conseil départemental. La campagne a été très rude, violente parfois, avec beaucoup de mauvaise foi et, pour certains, la bêtise d'ego surdimensionnés. A titre personnel, je supporte mal que des personnes avec qui j'ai fait campagne dans la 4e circonscription aux législatives et aux cantonales, ne me disent même plus bonjour le jour du scrutin, ou encore effacent de leurs blogs du jour au lendemain tout soutien à la liste concurrente (et pour leur malheur égoïste, minoritaire). De la naïveté diront certains, de la politique diront d'autres. Rien de cela. Si je continue de militer au MoDem, c'est parce que je fais passer les intérêts de la collectivité dans laquelle je vis, les intérêts de notre parti politique naissant, avant les miens, avant les intérêts opportunistes et partisans. C'est cela faire autrement de la politique.

Alors maintenant que faire ? Se retrouver demain comme si de rien était ? Certainement pas. Non pas que je ne veuille pas, mais parce qu'il est indispensable de s'expliquer rapidement et clairement. Nous ne pourrons bâtir que si nous nous expliquons sincèrement, franchement et de manière constructive. Il y a bel et bien eu un vainqueur et un perdant ; et alors ? L'enjeu est maintenant de dépasser le clivage qu'il y a eu, non pas en évacuant le problème, mais en l'analysant et en trouvant les solutions pour aller de l'avant.

Je peux le faire localement, mais cela doit être à mon sens le premier dossier de la présidence départementale. Ce ne sera d'ailleurs pas bien difficile avec certains qui, déjà aguerris en politique, savent prendre le recul nécessaire et tendre vers un but unique. Un but unique... pas comme au PS ou chez feu les verts... C'est en surmontant ses crises internes, qu'un parti devient adulte.

mercredi 30 juillet 2008

Des élections internes ? ... pour quoi faire ?


Question légitime du sympathisant modem... non ?

J'ai été bien en peine de lui répondre, moi-même ayant longtemps redouté les effets pervers du système ; car enfin s'il y a élections internes, il y a campagne interne, donc lutte d'influences, rivalités, combats (démocratiques certes), un vainqueur des perdants et une sale ambiance au final. Notre tout jeune mouvement peut-il s'en offrir le luxe ?

A y regarder de plus près, on y trouve des avantages.

  • En premier lieu, faire appel aux adhérents pour choisir leurs représentants n'est pas dénué de sens dans un mouvement qui se dit «démocrate» ; de plus, cela a l'énorme avantage de donner une légitimité incontestable aux membres des instances départementales une fois élus. Ils pourront piloter véritablement le modem dans les Alpes-Maritimes. Après une année d'entre-deux, il est aisé de comprendre l'urgence d'une organisation et d'une structuration du modem dans les départements.
  • En second lieu, pour un jeune parti politique tel que le nôtre, avec des sympathisants, des adhérents, des militants venant de tous bords, habités par un énorme désir de «faire», mais le plus souvent sans réelle expérience politique, il est bon de s'aguerrir à l'interne à la disputatio politique. C'est l'occasion d'éprouver les femmes et les hommes, d'en dégager les talents et les valeurs, d'évaluer leur capacité d'écoute, de connaissance des dossiers, de prise de décisions. Parfait.

Bref, d'accord pour une compétition interne, car nous aurions pu dans les Alpes-Maritimes, comme dans d'autres départements, stériliser ces élections en ne présentant qu'une seule liste consensuelle. Cela n'a pu se faire, jouons donc le jeu jusqu'au bout. Mais alors, quoi ? Qui ? Quand ? Où ? Comment ?

  • Quoi ? Là ça se complique : 3 élections en réalité. Un vote pour élire le conseil départemental. Pour nous, ce sont 89 personnes à choisir. C'est un scrutin de liste normal à la proportionnelle à la plus forte moyenne. Un autre vote pour la présidence départementale. Il s'agit là plutôt de se prononcer pour une personne qui incarnera le modem dans le 06. Il sera flanqué de 4 vice-présidents. Un dernier vote pour la conférence nationale. Pour nous ce sont 64 personnes qui seront chargées une fois par an de participer à l'assemblée des représentants du modem au niveau national. C'est également un scrutin de liste normal à la proportionnelle à la plus forte moyenne.



  • Qui ? Vous peut-être, puisque la date limite de dépôt des listes de candidats aux 3 élections (présidence départementale, conseil départemental, conférence nationale) est fixée au 31 août. D'ores et déjà, 5 équipes se sont mises en place. Certaines brigueront toutes les candidatures, d'autres pas. Leurs leaders se sont déjà présentés à Nice ; il s'agit d'une équipe autour de Loïc Dombreval, élu de Vence et référent dans le département. Une équipe autour d'Hervé Cael, candidat à la mairie de Nice aux dernières municipales. Une équipe de militants autour d'André Minetto, liste agora. Olivier Geffroy et Robert Brugerolles se sont également portés sur les rangs.


  • Quand ? C'est assez simple. La date est fixée au 27 septembre prochain pour les trois scrutins... Il faudra se concentrer. Une opportune campagne officielle durant le mois de septembre devrait nous éclairer, profession de foi et réunions à l'appui. Et comme les choses sont bien faites, une commission électorale a été constituée afin de veiller au bon déroulement de l'ensemble ; pour le coup, j'en fais partie.


  • Où ? On devrait trouver un bureau de vote pas trop loin de chez vous... un par circonscription vraisemblablement.


Eh bien voilà. Il ne reste plus qu'à se déterminer en son âme et conscience !

Pour ma part, mon choix est arrêté. Parce qu'il a autour de lui une équipe solide, compétente et organisée, je fais confiance à Loïc Dombreval pour ce lourd travail que vont être l'organisation et la direction départementale du modem des Alpes-Maritimes.
Mais nous en reparlerons !

le site de campagne « le modem06 de toutes nos forces »

lundi 21 juillet 2008

Rentrée 2008 !


  • Un petit peu d'autopromotion... Juste afin de proclamer haut et fort nos valeurs, notre courte histoire et notre dynamisme !
    En plus... c'est chez nous !


mardi 8 juillet 2008

Contribution soumise aux adhérents du Mouvement démocrate par François Bayrou


L’objet de cette consultation est de manifester la volonté sans équivoque de nos adhérents de porter devant les Français un projet démocrate et indépendant.

Nous voulons changer la vie politique française : le bipartisme, affrontement perpétuel et artificiel, est un appauvrissement de l’esprit et une incompréhension de la complexité des temps. Il est un verrouillage. Pluralisme politique, pluralisme syndical, pluralisme dans les médias, permettent seuls aux citoyens, conscients et informés, de penser les enjeux de l’avenir, et pas seulement ceux du passé.

Le pluralisme ouvre sur le dialogue et permet quand la situation l’exige de larges consensus nationaux. Si l’on veut porter le pluralisme, définir un projet nouveau, l’indépendance est la condition nécessaire. La cohésion et la solidarité à l’intérieur du mouvement le sont tout autant.

Cette consultation permet à tous les adhérents de manifester leur soutien à cette grande entreprise de rénovation de la vie démocratique française.

Il est vital de définir un projet nouveau pour notre société

C’est d’autant plus nécessaire dans la crise profonde que nous traversons.

Sans vouloir simplifier abusivement, il me semble que le projet de Nicolas Sarkozy est pour l’essentiel d’aligner la France sur le modèle dominant dans la globalisation.

Lorsqu’il affirme « je veux réconcilier la France avec l’argent, parce que l’argent c’est la réussite », « je crois au capitalisme et à la mondialisation », « je veux faire rentrer la France dans le commandement intégré de l’OTAN », il traduit une fascination pour un modèle qui n’est pas le nôtre.

Notre modèle français et républicain vise à l’amélioration de la situation de tous, alors que le mouvement du capitalisme financier encourage l’augmentation croissante et toujours accélérée des inégalités.

L’alignement de la France est d’autant plus préjudiciable au moment où les excès de ce capitalisme ont déclenché une crise grave partie des Etats-Unis : les subprimes menacent les classes moyennes et le crédit, le système de santé est injuste, les prix des matières premières explosent, le dollar s’effondre, l’Irak est une impasse.

Le parti socialiste français, en proie à des affrontements de personnes et de courants, n’est pas parvenu à penser une alternative. Le recours obsessionnel et automatique à l’État est devenu impossible. La seule défense des statuts ne convainc plus.

Il revient donc à un courant nouveau de se mettre à la tâche pour que la France pense et porte un autre modèle, le modèle humaniste pour le XXI° siècle. Tel est notre choix de fond.

Quels sont les piliers du modèle humaniste pour le XXI° siècle ?

  • Il faut que la société soit créative. Il n’y a pas de société qui fasse rayonner ses valeurs si elle est dominée économiquement et technologiquement. Les valeurs de création et l’esprit d’entreprise sont au centre de ce projet : l’entrepreneur, le chercheur et l’artiste, portent également la société créative indispensable au projet humaniste. La clé de la créativité, c’est l’éducation qui exige l’effort de tous et la solidarité de la nation.
  • Il faut un modèle social juste. Les réformes sont une nécessité pour adapter un pays aux temps nouveaux. Mais elles ne seront acceptées durablement, que si l’esprit de justice les inspire et les règle, et si on refuse les ghettos dus à l’argent, à l’origine, à l’âge, à la situation sociale.
  • Il faut que la société soit durable. La solidarité entre générations est une exigence aussi élevée que la solidarité à l’intérieur d’une génération. Nous sommes durement confrontés à des menaces sur l’équilibre de la planète et de nos pays. Le passage de l’énergie abondante et bon marché à l’énergie rare et chère, le choc climatique, le poids croissant des déficits et de la dette, le vieillissement de nos populations, les désordres monétaires sont autant de menaces sur l’avenir. La vertu du modèle humaniste, c’est l’équilibre.
  • Il faut l’équilibre des puissances et donc l’Europe. Si l’on veut la justice internationale, il faut écarter la domination. Pour résister aux grandes puissances dominatrices, il faut faire naître un monde organisé. L’Europe rassemblée est le précurseur nécessaire des nécessaires organisations régionales. Voilà pourquoi le combat pour une Europe protectrice de diversité, respectueuse des peuples qui la composent, n’est pas seulement un combat pour nous-mêmes mais pour toute l’humanité.
  • Il faut une adhésion démocratique. Nous croyons que la démocratie exige la prise de conscience et de responsabilité des citoyens. Ils ont droit à la vérité du débat public et à la protection contre les abus de pouvoir. Ils ont droit à des institutions loyales, qui garantissent la séparation des pouvoirs, exécutif, législatif, judiciaire et la juste représentation des citoyens.

Ce projet humaniste, les citoyens l’attendent quand ils pensent à la France aussi bien qu’à l’avenir du monde. Au Mouvement démocrate, fort de son indépendance, de le penser et de le porter !

vendredi 6 juin 2008

L'Appel du 14 juin...

Est-ce le temps pluvieux ou l'ambiance lourde et pesante dans la société, toujours est-il que le MoDem a bien du mal à donner une image convaincante dans les Alpes-Maritimes. Car enfin, s'il y a bien une nécessité impérieuse, c'est une organisation départementale de notre mouvement sur laquelle on pourra compter, et à partir de laquelle nous pourrons proposer à nos concitoyens des réponses concrètes.

Or, à quoi assistons-nous ? Sollicité sur ces fameuses élections internes, j'assiste impuissant à la constitution de «courants» - bientôt plus nombreux qu'au PS – sauf que dans le 06, il s'agirait plutôt de petits ruisseaux côtiers.

  • Vous avez tout d'abord le ruisseau Hervé Cael.

Celui-ci coule plutôt à Nice où il a d'ailleurs mené une campagne courageuse et finalement autonome dans le chef-lieu du département et une des plus grande ville de France. Il charrie depuis nombre de nouveaux adhérents, et c'est très bien.

  • Vous avez ensuite le ruisseau Loïc Dombreval.

Il prend sa source à l'ouest du département. Il me fait l'effet d'un de ces torrents de montagnes, fort et puissant après un orage, sec ensuite. Formidable machine de guerre pendant les élections législatives et municipales à Vence, voilà qu'il s'assèche en se retournant contre nous, en menant une campagne à l'interne comme il l'a fait jusqu'à maintenant, c'est à dire en excluant des «adversaires» politiques. Durant cette campagne, il devrait être capable d'inclure et de fédérer et non de diviser pour «gagner». Pour l'instant, il en a le discours, non les actes.

  • Vous avez enfin le ruisseau Karine Lambert.

Ce serait plutôt une rivière souterraine, tout d'abord parce que c'est au féminin, et elle y est sensible, ensuite parce qu'elle ne se déclare pas. Sans doute la rivière la plus constructive pour le MoDem, la plus politique aussi, mais toujours aussi souterraine. Elle perle ça et là sur des actions ponctuelles, mais pas de résurgence, ce qui rend l'ensemble peu visible et peu crédible dans les médias, d'autant que ce n'est pas relayé par les autres petits ruisseaux.

Bref, des talents, mais engagés dans des logiques individuelles sans vision politique d'ensemble. Ces ruisseaux poursuivront-ils leurs cours jusqu'à jeter le MoDem à la mer sans jamais se rencontrer ? C'est hélas la géographie des Alpes-Maritimes.

Mais dans les Alpes-Maritimes, il y a aussi des «cuvettes». C'est une forme géomorphologique intéressante qui voit converger en son centre les cours d'eau. Sospel en est une. Aussi, j'appelle tous les militants, où qu'il se trouvent... à venir en discuter à Sospel le 14 juin, et contraindre nos trois petits ruisseaux à converger vers un seul but : la survie et la crédibilité du MoDem des Alpes-Maritimes. Entre nous, il ne manque pas grand'chose pour qu'ils y parviennent !

PIQUE NIQUE DEMOCRATE
chez Marie Mayer
SOSPEL
LE 14 JUIN 2008 A 11H00
RENDEZ-VOUS EN GARE DE SOSPEL

vendredi 25 avril 2008

assemblée MoDem 06

La cellule d’animation du MoDem des Alpes-Maritimes vous convie à une assemblée de l’ensemble des militants, sympathisants et adhérents du mouvement

le lundi 28 avril 2008 à partir de 20h00
salon Masséna de l’hôtel Splendid
50 bd Victor Hugo
NICE

mercredi 23 janvier 2008

Elections internes au conseil national du MoDem

Bureau de vote 4e circonscription

à MENTON
dans les salons du Louvre
le samedi 19 janvier
de 10h00 à 12h30

mercredi 25 juillet 2007

Le MoDem s'organise !

François Bayrou en région PACA

Marseille le 11 juillet 2007 : Accueillis par Jacques Rocca Serra, président de l'UDF13, 600 personnes ont pu dialoguer avec François Bayrou, Corinne Lepage, Jean-Luc Benhamias et Gilles Artigues.


Un bilan :

Le bon score aux élections présidentielles a montré que les propositions du MoDem étaient bien en phase avec les aspirations de la société française. En effet, le clivage gauche/droite est d'une part aujourd'hui dépassé, et d'autre part, il existe un grand besoin de rassemblement pour faire face aux difficultés, avec la nécessaire convergence de l'économie, du social et de l'écologie. D'où notre proposition d'ouverture sur un projet commun et synthétique, et non le débauchage actuel autour du seul projet UMP.
Forts de cela, c'est le choix de l'autonomie et de la liberté qui a été fait, avec toutes les conséquences aujourd'hui visibles. Mais le résultat de cette totale liberté sera de proposer aux français la seule alternative démocrate crédible, l'UMP paraissant comme l'exécutant de l'exécutif en place, et le PS empêtré dans ses contradictions internes.


« Construire la maison »

Face à cet enjeu, il est nécessaire de « construire la maison ». Mais cela impose d'apprendre à vivre ensemble, et à travailler ensemble.
Ensemble, c'est à dire éviter tout soupçon ou méconnaissance entre MoDems, UDF, Verts, sceptiques des deux bords (UMP-PS). Notre principal enjeu à l'heure actuelle va être de fédérer toutes ces personnes autour d'un projet de société résolument humaniste, européen, écologiste, avec une capacité de résistance aux excès du capitalisme financier et de la mondialisation.
C'est un projet enthousiasmant, civilisationnel en quelque sorte, dans lequel la création de richesse est nécessaire, mais mais où le règne de l'argent n'en serait pas le but. Références ont été faites au Sillon de Marc Sangnier, ainsi qu'aux idéaux de 1789. De profondes aspirations, une grande attente, une nouvelle génération politique. Il ne faut pas décevoir.


Les moyens :

1- Une charte des valeurs à écrire. Ce que nous voulons, nos idéaux, nos principes, ce que nous ne voulons pas.

2- une charte éthique de comportement, qui fixerait des obligations aux adhérents, aux militants, aux responsables et aux élus de notre mouvement. Ceci, afin d'éviter les départs et blessures que l'on a pu récemment constater...

3- Des statuts à rédiger, avec deux impératifs : D'une part, garantir le non verrouillage en garantissant à tous d'être reconnu pour ce qu'il est. D'autre part garantir aussi, à l'inverse, les querelles internes si destructrices... ni courants, ni chapelles au MoDem. Un bon équilibre est à trouver.


Des rendez-vous :

L'université d'été du 13 au 16 septembre à Seignosses (40)
Les congrès nationaux de l'UDF et du MoDem en automne
Les élections municipales et cantonales du printemps


Des pistes :

- Un groupe de référents locaux mixtes (UDF, Vert, MoDem) le tout chapeauté au niveau régional par un parlementaire.

- Jean-Luc Benhamias lance son « MoDem sera HQE (Haute Qualité Environnementale), HQS (Haute Qualité Sociale) et HQD (Haute Qualité Démocratique) ».

- Les médias ne sont pas là. Ils seront au rendez-vous si l'on devient visibles, crédibles et porteurs de projets pour l'avenir.

samedi 7 juillet 2007

Le MoDem... seule alternative crédible ?

Après la décapitation de l'UDF, convertie en un nouveau centre fidèle, voici le débauchage des cadres du Parti socialiste : Nicolas Sarkozy pratique à sa manière l'«ouverture» !

Tant qu'il s'agissait de la force d'appoint de l'ancienne UDF, passe encore.

À gauche, Eric Besson, Bernard Kouchner, Jean-Pierre Jouyet, Martin Hirsch, Fadela Amara, Jean-Marie Bockel... passent encore.

Aujourd'hui : Jack Lang, Dominique Strauss-Kahn, Hubert Védrine, Jacques Attali...

Je ne parle même pas de l'UMP muselé par sa direction collégiale et sa pléthore de vice-présidents !

«Après tout, l'ouverture... c'était une de vos idées, ça !»

Bien sûr, et elle continue de l'être. Mais permettez-moi de refuser de voir dans ce qu'est en train de pratiquer l'élysée une «ouverture». L'ouverture que nous proposions est d'une toute autre nature que cette entreprise politicienne et asphyxiante. De l'air ! De l'espace ! De la démocratie !

L'ouverture telle que la proposait François Bayrou est une mise en commun volontaire de compétences sur un projet centriste librement débattu. Mise en commun volontaire de compétences signifie adhésion à un projet et des propositions fédératrices ; je ne vois hélas que des adhésions de façade qui ont bien du mal à cacher un ralliement opportuniste à un gouvernement qui mène une vraie politique de droite belle et bien décomplexée. Un projet centriste librement débattu veut dire un projet qui fédère par son réalisme et son équilibre, auquel on adhère, et dans lequel le débat démocratique est libre ; je ne vois, là encore, aucun débat, il n'y a qu'un seul programme à appliquer.

L'ouverture mise en place aujourd'hui n'est autre qu'une entreprise de démolition du débat politique. Le MoDem restera-t-il donc le seul mouvement de militants et d'élus à résister ? À proposer d'autres solutions ? Réellement libre et autonome ? Je veux le croire !

vendredi 6 juillet 2007

Rencontres démocrates

Outre l'établissement d'une réunion mensuelle des adhérents de la 4e circonscription,

(calendrier à venir),

2 dates pour le mois de juillet :

mercredi 11 juillet, co-voiturage sur Marseille, pour la réunion publique MoDem PACA autour de François Bayrou
- départ 13h00 gare routière de Menton
- shopping en fin d'après-midi
- 20h00 rencontre
- retour dans la nuit
- inscriptions : briand.menton@orange.fr

mercredi 25 juillet, rencontre des MoDem 06
- 19h00 à l'entresol du 23, bvd Dubouchage à Nice

Au plaisir de se rencontrer et construire !

page 2 de 2 -