Intercommunalité, quel avenir pour la Roya ?

breil.jpg
Je relaie bien volontiers l'invitation que nous fait le Collectif pour une Communauté de Communes de la Roya, samedi prochain, dans lequel le MoDem est partie prenante. Venez avec nous partager une réflexion sur l'intercommunalité dans l'arrière pays, obligé de s'organiser par la loi et les grandes manœuvres de la côte, autour de PP. Dana, professeur à l'Université de Droit de Nice et Maire de la Tour.

---
COMMUNIQUE
Une COMMUNAUTÉ de COMMUNES de la VALLÉE de la ROYA : POURQUOI ?

  • QUELLE EST L'ALTERNATIVE à laquelle nous serons confrontés très bientôt ?

Être intégrés de force dans la Communauté Urbaine Nice Côte d’Azur (ou de sa Métropole) ou construire ensemble une Communauté de Communes de la vallée de la Roya ?

  • UNE NOUVELLE ARCHITECTURE DES TERRITOIRES DE LA RÉPUBLIQUE

Une série de projets de lois intitulée « Réforme territoriale » est en cours d’adoption. Il s’agit principalement de réorganiser les collectivités autour de deux pôles : Les Régions et les EPCI (Intercommunalité) modifiant la répartition des compétences. Les objectifs du gouvernement sont de rationaliser les moyens, de clarifier, simplifier et optimiser le fonctionnement du « Millefeuille territorial ». Selon nous, les conséquences seront d’éloigner les citoyens des élus et des centres de décision, de concentrer les moyens et les services dans les agglomérations et communautés urbaines, d’accroître la désertification du monde rural, de parvenir à un recul de la décentralisation et de la démocratie locale.

  • EN 2012, TOUTES LES COMMUNES DEVRONT ÊTRE EN INTERCOMMUNALITÉ

Celles qui ne le seront toujours pas (c’est le cas des cinq communes de la Roya) seront intégrées d’office, avec ou sans leur consentement par les préfets dotés, pour l’occasion, de « pouvoirs temporaires ». Si rien ne change d’ici là, le choix imposé à la Roya, sera celui de la Communauté Urbaine Nice Côte d’Azur (CUNCA) ou de sa Métropole, qui aura absorbé, entre temps, la Communauté d’Agglomération de la Riviera Française (CARF).

  • EST-IL ACCEPTABLE ?

De se laisser « aspirer », sans réagir, par la CUNCA sous prétexte qu’elle aurait des dotations supplémentaires, des moyens financiers que nous n’avons pas et de laisser un préfet, nommé par le pouvoir et quelques élus décider sans nous, sans démarche participative et démocratique, sans réels débats ni consultation de la population.

  • LA ROYA : UNE COMMUNAUTÉ DE VIE

La possibilité légale de réunir nos villages pour agir ensemble existe. C’est maintenant ou jamais que nous devons prendre notre destinée en mains.

Notre vallée a des atouts :
- Un cadre de vie et un environnement de qualité qu’il nous faut défendre et préserver.
- Une cohérence culturelle économique et sociale, sans rapport avec les cités de la Côte
- Une taille humaine suffisante pour réaliser des projets communs tout en échappant à une trop forte pression fiscale.
- Des services publics, qui permettent une meilleure adéquation « coût/qualité de service » notamment pour la gestion de l’eau et des déchets. Nous sommes déjà capables de travailler ensemble, les deux SIVOM de la vallée en font la démonstration (collecte et gestion des déchets).
reunion_tende.jpg

Commentaires

1. Le samedi 22 mai 2010, 18:30 par ComComROYA

Les Communes de la vallée de la Roya françaises n'ont rien de communacec avec la CARF et encore moins avec la CUNCA.
Seuls des maires ambitieuxn ayant un intéret particulier, veulent y entraîner leurs collègues

Ajouter un commentaire

Le code HTML est affiché comme du texte et les adresses web sont automatiquement transformées.

Fil des commentaires de ce billet