Au chevet de Menton

menton_ico.jpg

puceorange.gif Menton va mal… Ce n’est pas moi qui le dis, mais les aménageurs des territoires : le commissariat général à l’égalité des territoires (CGET). Parce qu’entre la communication unilatérale de la majorité, les articles partiaux de Nice-Matin et la récupération éhontée de M. Novelli de nos alertes sur le PLU tout en le votant comme un seul homme lors du dernier conseil municipal… je préfère quant à moi regarder en face le bilan de 30 années de guibalisme.

puceorange.gif Je ne vous ai pas parlé des attaques ad hominem de M. Juhel qui, pour la seconde fois, rappelle publiquement que je suis concerné à titre privé par un secteur de mixité sociale ce dont je n’ai jamais fait mention en conseil municipal, défendant l’annulation de celui du bas du Gorbio, ou émettant des réserves sur celui de Jeanne d’Arc, réserves qui ont d’ailleurs été entendues… comme quoi ! Mais bon, ça lui fait apparemment très plaisir de me voir à terme exproprié.

puceorange.gif Autre attaque récurrente de la majorité à mon égard, oubliant que je siège en face d’eux en tant qu’élu comme eux et non pas en tant qu’individu, ma profession d’enseignant d’Histoire-Géographie, oscillant entre mépris et condescendance. Eh bien oui, professeur d’Histoire et Géographie et heureux de l’être. D’ailleurs, il se trouve que c’est dans le cadre professionnel que je rencontrai il y a 15 jours un géographe aménageur du CGET, le commissariat général à l’égalité des territoires, l’ex-DATAR.

puceorange.gif Alors que nous parlions des grands axes de pilotage actuel des territoires en France, il nous présenta une carte des réseaux urbains avec les villes moyennes divisées en 6 classes sur laquelle Menton était indiquée en rouge vif, la dernière classe, parmi les 30 villes les plus en difficultés.
cget.jpg

puceorange.gif Intrigué, je lui posai la question des critères utilisés pour établir cette typologie. 3 critères me répondit-il,

  • la dynamique démographique,
  • la dynamique économique
  • et les fragilités sociales sur les 10 dernières années.

puceorange.gif Or dans ces trois domaines, on a perdu de la population, on a un taux de croissance économique négatif avec une disparition de 950 emplois, le tout entraînant une paupérisation croissante des habitants. Le constat est sans appel.

puceorange.gif La conséquence immédiate est une perte de centralité très dommageable pour la Ville et la viabilité de la CARF à l’est de département, à l’heure où l’ouest fusionne pour faire face à la métropole, et nous, à la centralité déficiente, ne pouvant que s’adosser à la centralité monégasque – même Nice-Matin s’en est aperçu plaçant ses pages Monaco désormais avant celles de Menton. En réalité, ce sera à la communauté urbaine de Nice et à ses dettes qu’est en train de nous préparer le Maire de Menton ; et ce n’est pas à l’avantage de notre ville.

puceorange.gif Alors, est-ce que le PLU qu’ils ont élaboré répond à ces enjeux ? Les causes sont pourtant connues :

  • Une trop grande spécialisation touristique, avec le risque d’une mono-activité économique.
  • Des retraités, mais peu de cadres ou de professions intellectuelles supérieures fuyant un foncier trop cher et le manque d’équipements. Une CSP moyenne qui nous manque.
  • Des jeunes moins diplômés, moins insérés, précarisés par les emplois saisonniers. Le vote FN en tête aux dernières législatives est à corréler avec tout cela.

puceorange.gif Le PLU aurait pu être un levier pour rééquilibrer cela. Las ! Il manque singulièrement d’ambition face aux défis que Menton doit aujourd’hui surmonter.

puceorange.gif On leur a redemandé d’augmenter la part de logements sociaux dans les nouveaux programmes immobiliers dans les zones de renouvellement urbain, de les porter à 60 %. Si nous sommes autant carencés en logements sociaux c’est que rien avait été fait depuis 20 ans, avant les pénalités SRU.

puceorange.gif Au nom de la densification, des destructions et des expropriations de familles sont engagées alors que sur 30 ans de mandats, le mitage sur les crêtes en extension d’urbanisation a augmenté de 70% au mépris de la limitation des emprises urbaines.

puceorange.gif Pour détendre le marché immobilier, on leur a redemandé d’accentuer la lutte contre le logement secondaire, 42,5% à Menton, dont beaucoup de vides, par une pression fiscale qu’ils ont enfin mise en œuvre dernièrement sous la pression des locations airbnb.

puceorange.gif On compte 2 hôtels 5*, 3 hôtels 4*, les hôteliers mentonnais vont se voir coincés entre cette nouvelle concurrence et l’hôtellerie de plein air qu’a permis le classement du plateau st Michel en zone urbaine, le massacre de l’oliveraie, une nouvelle voie d’accès au bulldozer.

puceorange.gif "L’écoquartier" st Roman n’en est pas un. Ce sera encore une fois une résidence fermée, privatisée, sans énergies renouvelables, sans recyclage des déchets, des eaux, avec des parkings de surface… sans aucune prise en compte des dernières réflexions sur la ville de demain.

puceorange.gif Rien en équipement de transports toujours aussi déficients, piscine obsolète bref, les équipements pour les mentonnais insuffisants qui décident des populations à préférer d’autres lieux de résidence.

puceorange.gif Pas sûr que cela soit entendu…

Commentaires

1. Le mercredi 7 mars 2018, 19:21 par jean

Super ton analyse
Bon courage
Il t'en faut
Puis je t'aider

Ajouter un commentaire

Le code HTML est affiché comme du texte et les adresses web sont automatiquement transformées.

Fil des commentaires de ce billet