crise.jpg

puceorange.gif Alors que le Maire évoquait le contexte économique global, il imputait la reprise actuelle à un simple phénomène de rattrapage quasi automatique, consécutif à la crise de 2007 tant la reprise est faible. Oui, la reprise économique est faible, et elle le restera dans une économie désormais mondialisée, mais c’est aussi le résultat de politiques, celle de M. Hollande, puis celle de M. Macron si la France passe aujourd’hui en dessous des 3% de déficit public. Je n’épiloguerai pas non plus sur le fait que M. Guibal s’est montré lors de sa présentation favorable au retour du protectionnisme à l’instar de M. Trump, le protectionnisme recroquevillant les pays, exacerbant les tensions jusqu’à justifier l’irréparable, oubliant de ce fait l’échelle européenne. L’Europe avait justement été construite pour pallier à cela, nous préserver et nous rendre plus forts dans le monde. Ne l’oublions pas, nous, en cette année électorale pour l’Union.

puceorange.gif Mais pour revenir aux orientations budgétaires mentonnaises, quelques remarques sur les quatre lignes forces de ce que la majorité prévoit :

puceorange.gif « Pas d’augmentation d’impôts pour la 9e année consécutive » dit-il : Pas tout à fait vrai car la taxe sur les logements secondaires a été augmentée de 30 % ce qui nous donne près de 2 millions de plus en fiscalité locale. Une mesure que nous avions d’ailleurs voté et réclamé depuis plusieurs années. Mais pourquoi donc vouloir la passer sous silence ? Les années précédentes, c’était la révision des bases fiscales, bref la fiscalité locale augmente bel et bien.

puceorange.gif « Maîtriser les charges générales » : Bien obligés au regard des baisses drastiques des dotations globales de l’État, État de plus en plus insistant, surveillant, encadrant, contractualisant… Alors oui, poursuivons la nécessaire mutualisation des services et une gestion rigoureuse.

puceorange.gif « Maintenir un autofinancement pour investir » : Bien évidemment, mais c’est là que le bât blesse. Avec 6,5 millions d’épargne nette nous avons une capacité d’investissement raisonnable de 10 à 12 millions chaque année. Or 17 millions ont été dépensés cette année et pas moins de 24 millions encore prévus l’année qui vient. Toutes les recettes liées au transfert de l’assainissement à la CARF (budget excédentaire que l’on ne retrouvera plus), la vente des terrains du Haut Careï n’ayant pas pu, pas su mener nous-mêmes le projet se privant encore une fois des plus-values afférentes, la vente de l’hôtel Adhémar de Lantagnac, tout, absolument tout sera englouti dans l’aménagement de la dalle des Sablettes, aménagement qui s’avère pharaonique, la plage disparaissant au fur et à mesure de l’avancement des travaux… Nous aurions pu provisionner un peu pour augmenter les services à la population au lieu d’exiler les clubs des Sablettes dans le Careï, de repousser sine die la rénovation de la piscine ou l’aménagement des plages ouest.

puceorange.gif « Poursuite du désendettement pour finir » : Nos emprunts toxiques contractés à la grande époque sarkozyste viennent d’être assainis à grands frais. C’est déjà mieux. Mais enfin, parler de désendettement quand on rembourse 4 millions de capital et que dans le même temps on prévoit d’emprunter de nouveau 4 millions pour boucler le budget, c’est un peu gros…

puceorange.gif Bref, des orientations budgétaires qui nous laissent sur notre faim.