rentree.jpg

puceorange.gif En cette année d’élections européennes, comment ne pas être inquiet de l’état du projet européen ? Attaqué de l’extérieur par les intérêts des grandes puissances américaine et chinoise, attaqué de l’intérieur par le travail de sape de la crise migratoire non réglée sur laquelle surfe un populo-nationalisme contraire à nos intérêts communs. Le tout, dans un monde désormais mondialisé et en proie à une recomposition sans précédent depuis le règlement de la seconde guerre mondiale et de l’ordre qui en a résulté. Il va falloir que nous mouillions la chemise pour défendre cette Europe qui, bien qu’imparfaite, nous protège du monde et de nous-même.

puceorange.gif Au National, la politique droitière d’austérité est une ligne de crête risquée. Pour les grincheux, je vous rappelle que nous avions le choix entre Le Pen – sans commentaire – Fillon, déconnecté des réalités et cette voie médiane macronienne. Les marges de manœuvres sont réduites, mais je continue de penser que c’est la meilleure solution que nous ayons eue. Néanmoins, il est indéniable que le pouvoir d’achat des ménages baisse, au mieux stagne, face à l’augmentation des taxes, de l’inflation, de la désindexation des prestations, sans parler du gel du point d’indice des fonctionnaires depuis 9 ans ; ce que la suppression de la taxe d’habitation compensera tout juste, mécontentant au passage les collectivités locales. Pendant ce temps, les dividendes reversés aux actionnaires n’ont jamais été aussi importants au profit des spéculateurs, au détriment du travail et des personnes. Le capitalisme sans règle, ou aux règles insuffisantes, creuse sa propre tombe. Il est temps que cela ruisselle, sans quoi les peuples se tourneront vers des bonimenteurs qui les conduiront à la ruine. ...Et les règles financières et capitalistiques passent par une Europe forte.

puceorange.gif Localement, de la même façon les bonimenteurs progressent tant les décideurs vivent en vase clos. Le dernier conseil municipal m’avait frappé par l’insignifiance des délibérations. Le conseil municipal qui devait être le lieu de débats devient une chambre d’enregistrement où la démocratie se meurt. Toutes les vraies décisions sont externalisées : Le chantier de la gare ? Ce n’est pas nous, c’est la CARF. L’aménagement des ports ? Ce n’est pas nous c’est la SPL. Les cantines scolaires ? Ce n’est pas nous, c’est la Sodexo. Tout à l’avenant. Dans le premier cas c’est un transfert de compétence. Dans le deuxième, une délégation à une société publique. Le troisième à une société privée. Je ne dis pas que ces solutions ne sont pas efficientes, mais elles éteignent le débat démocratique : Aucune opposition démocratique à la CARF, administrateurs publics ou privés sans contrôle démocratique mais parlant profits dans un fonctionnement à but lucratif, pas nécessairement à but de services publics rendus à la population. Alors que faisons-nous, nous élus de l’opposition ? Eh bien nous ne votons même plus, nous « prenons acte »… et si nous intervenons, c’est dans le vide. Vous me direz, c’est déjà mieux que le FN absent, ou Novelli en complice aigri. Le vrai problème de société, c’est que cela accentue le fossé entre nous et nos représentants, et que là aussi, un populisme anti-élites bien senti progresse à grands pas.

puceorange.gif Ne vous inquiétez pas au demeurant, je vais très bien. Pas de dépression. J’aurais pu, il est vrai, vous parler du bel été que nous avons passé, de la saison touristique satisfaisante, du toujours merveilleux festival de musique de Menton, des feux d’artifices, vous inonder de photos plus belles les unes que les autres de notre bonne ville. Non pas que je n’y souscrive pas, bien au contraire, mais diagnostiquer ce qui ne va pas permet de fourbir les armes pour y remédier et de nous engager dans l’action, proposer, et défendre ce que nous croyons : Une Europe plus présente car notre intérêt dans ce monde est là. Un soutien lucide à l’action gouvernementale, car le chemin est étroit quoiqu’en disent ses détracteurs. Un engagement local dans l’intérêt collectif des mentonnais, du bien commun, de la démocratie locale, car on ne peut gouverner du haut d’une tour d’ivoire méprisant les avis citoyens.

puceorange.gif Aux armes donc ! Bonne rentrée à tous !

2018_08.jpg