Crise de la parole politique ?... Sans blagues !


Je suis en colère.

Comment voulez-vous que nous croyions encore aux politiques ? Je ne parle pas de l’échelle nationale avec un Président, unijambiste de droite depuis son élection, qui parvient même à nous rappeler jusqu’à la ligne dure de Fillon.

Je veux parler des élus locaux à l’heure où les manœuvres politiques battent leur plein à la veille des municipales.

J’avais monté en 2017 avec Christian et d’autres, le comité en marche mentonnais. Nous avions fait campagne. Après l’investiture et l’élection de la Députée Ardisson, les comités locaux n’ont jamais été réunis, n’ont jamais été écoutés, n’ont jamais œuvré sur une ligne propre afin de faire émerger un candidat marcheur, porteur de cette nouvelle sensibilité. Comités bafoués, dissous, militants dégoûtés, et ligne d’affiliation aux baronnies LR en place étaient de mise. Aujourd’hui encore dans Nice-matin S. Guerini tente de justifier l’injustifiable à Menton : soutien à un système sclérosé en place depuis 30 ans et le faire passer pour « progressiste »… C’était voulu, calculé, pensé par le même clan. On croit rêver.
Nice-Matin du 17 janvier 2020

10 ans auparavant, j’avais monté le modem mentonnais en 2007 contre l’UDF déjà très servile de P. Novelli. J’apprends dans Nice-matin mon débarquement à la soviétique. J’apprends que j’ai souhaité me retirer (sic !) L’argument avancé ? Trop proche des Verts ! Là aussi on croit rêver. Pire, le modem contre moi soutient à présent P. Novelli. Le renouveau !… C’est à plus rien y comprendre, si encore ce parti suivait, comme au national, en marche et la droite ; mais non. On tourne la page : j’en ai démissionné. C’est incohérent et inconséquent tant à Menton nous souhaitons de l’air. J’avais travaillé au sein d’en marche et du modem à cette alternative ; j’ai échoué, les vents contraires sont puissants.
Nice-Matin du 4 janvier 2020

Ne nous étonnons pas dans ces conditions, qu’O. Bettati apparaisse comme le seul candidat anti-système. Sauf que là encore tout n’est que faux-semblants. O. Bettati, dernier des bébés Médecin niçois tente de faire sa place à droite sans y arriver depuis des années. Il n'hésite donc pas à abattre aujourd’hui la digue RN, tout en ne souhaitant qu’une chose : revenir dans le giron « familial » ; prenant par la même occasion ses électeurs RN pour des… faire-valoir utiles.

Toutes et tous font bien peu de cas de leurs électeurs. Et pourtant, même empêché par le système en place, je continue d’espérer que les mentonnais ne verseront pas dans le piège mortifère de l’extrême droite et du repli par exaspération. Ils en sont malheureusement grandement tentés. Que les responsables ne viennent pas nous jouer en plus le couplet du barrage RN !

Si nous ne pouvons plus faire confiance à ces hommes et femmes politiques là et à leurs partis, gardons intact notre confiance en la démocratie et à l’engagement citoyen. Vous les trouverez du côté d’hommes et de femmes de conviction engagés dans les associations, pour peu qu’elles ne se fassent pas instrumentaliser, et peut-être, dans une liste alternative qui s’affranchira de telles manœuvres.

Ajouter un commentaire

Le code HTML est affiché comme du texte et les adresses web sont automatiquement transformées.

Haut de page