Éloge de l’abstention


Je ne pensais pas en arriver là si tôt, mais entre mon vote qui légitimerait un système oublieux de l’intérêt commun pour continuer d’exister encore et toujours, ou un autre qui cautionnerait l’arrivée d’une mairie d’extrême droite à Menton, désolé, mais ce bulletin : je me le garde.

Je me suis battu contre pourtant, m’enfonçant toujours un peu plus avant depuis une dizaine d’année dans ce monde dit « politique ». J’y ai vécu des aventures, des amitiés, mais dès qu’on touche au « dur », à la réalité des prises de décisions et non plus à donner la répartie théâtrale à une démocratie qui n’est plus qu’ombre chancelante, tout, absolument tout est mis en œuvre pour vous écarter. C’est le jeu me diriez-vous, mais cela ne se fait pas dans un débat public, démocratique aux vues de tous. Cela se fait en coulisses pour organiser un non-choix aux élections en abusant quelques idiots utiles ou en comptant sur la médiocrité des autres. Peu importe les personnes, peu importe les idées et les projets, seule compte la perpétuation de l'ordre existant au profit de quelques-uns.

Cette fois c’est décidé, je passe outre les injonctions culpabilisantes, comminatoires et moralisantes. Notre système démocratique est tellement en crise qu’il continue de marcher comme un poulet à qui on a coupé la tête. Ce n’est pas faute de connaître des remèdes comme la limitation de mandats ou de participation citoyenne active, régulière et efficiente, mais toujours rien. Alors que ce système continue de s’autoalimenter ; mais sans moi. Il tombera tôt ou tard par la désolidarisation des citoyens eux-mêmes.

J’ai cherché des arguments pour me raisonner… car on va venir me dire que je fais le jeu de l’extrême droite. C’est effectivement un danger pour nos sociétés tant les solutions qu’elle préconise sont fausses et imbéciles, mais dans responsable politique, il y a responsable. Ces « responsables » ont joué jusqu’à présent avec, et continuent de jouer soit en extérieur soit de l’intérieur, mais ils en jouent. C’est exactement les deux configurations qui nous sont servies à Menton. C’est cependant un jeu dangereux car nous nous en lassons. Et qu’on ne vienne pas me dire non plus que c’est un devoir, que des gens se sont battus. Oui, bien sûr des gens se sont battus et sont morts pour participer et se débarrasser de régimes autoritaires, mais mon devoir ne saurait cautionner une démocratie dévoyée. Ces héros ne se sont pas morts pour ça, ils sont morts pour que nous ayons le choix, pas pour qu’il nous soit contraint. Le vote est avant tout un droit, et on a le droit d’en user ou pas, en conscience, sans contrainte ni amende. La démocratie représentative est en faillite, par la faillite de ses représentants. Elle avait été un rempart aux passions populistes et aux militaires. Aujourd’hui, la défiance à son égard est telle que cela nous met tous en danger.

Ponce Pilate s’en lavait les mains, faisons de même, avec du gel hydroalcoolique en plus car ici, elles sont sacrément sales !

Nice matin du 29 juin 2020

Merci...

Ajouter un commentaire

Le code HTML est affiché comme du texte et les adresses web sont automatiquement transformées.

Haut de page