Les deux populismes

brexit.png

puceorange.gif Le drame du mot « populisme », c’est son suffixe en -isme. Je me méfie toujours des mots se terminant en -isme, ils sont le signe le plus souvent de la perversion d’un autre nom qui lui est familier, mais modéré dans son sens et son acceptation. Il en va ainsi de « gauche » et de son « gauchisme » ou plus récemment de l’Islam et de l’islamisme… c’est radicalement différent.

puceorange.gif Peut-être est-ce dû à son antériorité ? : « populisme » désignait dès l’Antiquité ce qui pervertissait le recours au peuple, à sa gouvernance autonome et démocratique. Périclès, les Gracques… ils sont nombreux à en avoir été accusés. La démocratie avait donc dès sa naissance son populisme. Mais ce sont là deux termes issus de champs sémantiques différents pour désigner d’une part la chose et d’autre part, son dévoiement.

puceorange.gif « Populisme » n’a aujourd’hui qu’un adjectif : « populaire » qui renvoie à une autre idée chez nos contemporains, avoir du succès, être aimé, bien éloigné de son sens premier ; il a perdu son sens tiré du peuple. Si bien que « populisme » se retrouve seul et polysémique. Vous avez donc aujourd’hui toujours des gens qui perçoivent ce terme comme quelque chose de dangereux pour la démocratie populaire, une instrumentalisation inacceptable du peuple au bénéfice de quelques-uns - minorité violente - dans tous les cas jamais dans l’intérêt collectif. Or je m’aperçois que ce terme de « populiste » est compris par de plus en plus de personnes aujourd’hui comme quelque chose de positif, de bien, puisque nécessairement du côté du peuple, tant il est exaspéré désormais par une intelligentsia politique et économique qui, elle, s’en détourne voire le méprise. C’est là toute la dangerosité de la dédiabolisation actuelle du FN qui tend à assimiler le populisme à la défense du peuple alors qu’il en est son exact contraire. Pire encore, ces mêmes élites politiques et économiques cautionnent à présent ce détournement sémantique en taxant à son tour de « populistes » les discours 5 étoiles en Italie, Podemos en Espagne et nos modestes « nuits debout » ouvrant ainsi un nouveau front. Aussi, nombre de personnes « passent » au FN en toute bonne foi en pensant redonner au peuple le contrôle de son destin, mêlant antiparlementarisme, rejet des élites politiques et économiques. Peu importe si le programme de gouvernement n’est qu’une somme de mauvaises solutions, irréalisables et antidémocratiques, seul le ras-le-bol compte. J’ai lu çà et là dernièrement le mot de « révolution » des peuples contre leurs élites ; cela s’y apparente. Tabula rasa donc !

puceorange.gif En ce jour où le Royaume encore uni quitte l’Union européenne, la confusion est à son paroxysme. L’Europe cristallise tout ce que les adeptes de cette nouvelle acception du terme « populiste » abhorrent : une bureaucratie déconnectée, la Finance d’une Union chantre de la mondialisation subie par les peuples, et un effacement des frontières niant de fait les nations. Incompréhension totale donc entre deux mondes, les gagnants de la mondialisation qui taxent d’affreux populistes les partisans de la sortie de l’Union européenne, et ces populistes d’un genre nouveau qui prennent cela comme une libération des peuples, quasi révolutionnaire. On pourra bien se débattre en expliquant que le projet européen s’est bâti sur la paix entre les nations, que son projet va bien au-delà d’une simple entente économique, il est trop tard. Faillite incommensurable de nos politiques qui ont fait sans les peuples depuis plus de 30 ans.

puceorange.gif Pour ma part, je fais partie de ceux pour qui le mot de « peuple » n’effraie pas. La beauté, l’honneur du service public, de la gouvernance publique est d’être au service du peuple, de gouverner au nom du peuple. C’est la première ligne de nos constitutions républicaines successives : « Au nom du peuple français… ». Mais jamais je ne céderai ce privilège à une extrême droite qui manipule les peuples à son seul profit pour les mener au chaos. Nous avons oublié Jean Moulin, préfet de la République, nous avons oublié 1945 et notre sortie abasourdie d’une guerre que nous n’avions pas voulue, nous avons oublié ce beau projet qu’était l’Europe. Que les peuples reprennent si vivement la main est une bonne chose, que les peuples se déplacent aux bureaux de vote à 71% est une bonne chose, que les peuples discutent des nuits entières est une bonne chose. Si nous demeurons fermes dans nos idées et dans ce que nous voulons, si nous restons vigilants, alors cela peut régénérer nos vieilles démocraties, peut relancer le projet européen sur de nouvelles bases.

Ajouter un commentaire

Le code HTML est affiché comme du texte et les adresses web sont automatiquement transformées.

Fil des commentaires de ce billet