samedi 20 mars 2010

M'sieur... pourquoi c'est grave l'abstention ?

vote.jpg

Question naïve d'adolescent ?

Pas tant que cela à en juger la consternation des médias et des politiques nous annonçant régulièrement des taux records d'abstention, la mine déconfite, sans jamais aller plus loin.

« C'est grave parce que » commence ai-je, abondant d'ailleurs dans le sens du politiquement correct, pour trois raisons :

  • Premièrement, des gens se sont battus et sont morts pour que l'on ait, nous, aujourd'hui le loisir de choisir nos dirigeants. Quel luxe ! Il est donc bon de s'en souvenir, à une époque où on aurait bien du mal à risquer sa peau, tant nous tenons à notre petit confort matériel. Des multiples Révolutions aux combats de la dernière guerre... Gloire à nos morts donc !
  • Ensuite, c'est exercer notre devoir de citoyen. Là le regard de mon interlocuteur se perdit un peu. Il est vrai que le sens civique, le sens du «bien commun» tend à se perdre, dans nos sociétés matérielles, égoïstes et individualistes. Las ! Il n'en demeure pas moins que c'est un devoir. Quant à ceux qui réclament de rendre le vote « obligatoire », quel aveu de faiblesse et d'échec cela serait. On tirerait ainsi un trait sur le citoyen « éclairé ». Il est certain que l'éducation de tous n'est pas tellement à l'ordre du jour aujourd'hui... mais cela est un autre débat.
  • Troisièmement, cela met en danger, ni plus ni moins, la démocratie. Car enfin, la démocratie étant fondée sur une règle simple, celle du plus grand nombre, que devient-elle si une minorité seulement s'exprime ? C'est la porte ouverte à ceux qui prônent que les citoyens ne sont pas aptes à comprendre, et à décider. Au mieux, c'est de l'élitisme condescendant (on en a eu le triste exemple récemment avec la fusion de la CARF à la CUNCA que le pauvre mentonnais n'est pas à même d'en comprendre les enjeux.) Le terme de ce processus n'est autre que la confiscation du pouvoir. Confiscation par une « élite », (aristocratie, ploutocratie...) ou pire, confiscation par les extrêmes aux méthodes populistes et aux idées simplistes.

Où en est-on en 2010 ?

Je ne suis pas très porté sur les citations, mais ici, elles peuvent être significatives : Qui a dit : « L'aristocratie est l'état où une portion de citoyens est souveraine et le reste sujet. Et quelle aristocratie ! La plus insupportable de toutes : celle des riches »

ou encore : « Le peuple ne se sent dans l'insécurité que lorsqu'il n'a pas de chef. Dès l'instant où il est fermement dirigé, il est heureux ; car il sait très bien qu'il ne comprend rien à tout ça »

Respectivement, Robespierre et Hitler...

vendredi 12 mars 2010

A l'est du département, on vote MoDem dimanche


Voter MoDem c'est :

  • stopper les querelles partisanes entre une région PS et un département UMP pour des synergies constructives
  • soutenir les PME et l'emploi sur notre territoire alors même que rien n'est envisagé avec l'Italie et sa future zone franche. Favoriser l'émergence d'industries créatrices d'emplois locaux dans le secteur des énergies renouvelables ou la filière bois.
  • Le projet UMP de fusion de l'est du département à la communauté urbaine de Nice n'est pas compatible en l'état avec notre vision de la démocratie locale. Le débat sur la réforme des collectivités territoriales a été totalement absent de la campagne; il est pourtant nécessaire de réformer afin de donner à nos régions des tailles et des pouvoirs compatibles avec les autres régions d’Europe.
  • Le durable au cœur des politiques publiques régionales en misant sur le photovoltaïque interdit à Menton.
  • Des transports collectifs de qualité, avec la volonté de passer du TER à un RER entre Cannes et Vintimille.
  • Une véritable politique de santé publique, avec de petites structures locales adaptées aux plus âgés d'entre nous.
  • Une promotion de la culture et de l’identité régionale, de l'enseignement secondaire en lycées.

TOUT LE PROGRAMME

Philippe JOHANN, Philippe BRIAND et Laurence FORESTIER
vos candidats MoDem de l'est du département

jeudi 18 février 2010

Catherine Levraud


mercredi 17 février 2010

Lancement de la campagne des Régionales

Bonjour à tous,

Happé par un tas de choses plus ou moins agréables à vivre en ce début d'année, je reprends le fil de ce blog laissé quelque peu en jachère ; je m'en excuse. Mais ... Régionales obligent !

La dernière prise de position du MoDem mentonnais a été de s'opposer à la fusion de notre communauté d'agglomérations avec Nice. J'avais alors qualifié le parti pris de M. Guibal d'échec, puisqu'il estimait que notre CARF n'est plus viable. cf. billets précédents.

Depuis, deux faits nouveaux : d'une part, la reconnaissance de M. Guibal lui-même de cet « échec », justifiant par là même la fusion avec Nice. Nice-Matin du 22 décembre 2009 D'autre part, la mise en examen de M. Spinelli. J'ai essayé, sur ce même blog, de tenir une position nuancée et responsable sur un sujet difficile. Las ! Une affaire politico-mafieuse s'en est mêlée, ajoutant chez les Mentonnais encore plus de méfiance et de suspicions. Je ne peux que regretter encore une fois le paternalisme de la mairie, préférant confier sa bonne ville de Menton à Nice, plutôt que de se battre pour elle, lui assurer un avenir autonome et libre, la préserver des affaires. Bref.

Les instances départementales de notre mouvement ont bien voulu me placer sur la liste départementale pour les prochaines élections régionales, aux côtés du Dr Johann que vous connaissez déjà pour avoir été un de nos conseillers municipaux. A en voir les derniers sondages, preuve est faite que cette voie autonome et libre est dure à mener. Je me propose donc dans les jours de campagne qui viennent de décliner les 10 points de notre programme régional pour Menton et sa région. Mme Levraud, qui conduit pour nous la liste du Modem en PACA a une solide expérience à la région et fourmille d'idées toutes plus intéressantes les unes que les autres, dans tous les cas, qui méritent d'être partagées et débattues.

[http://provencealpescotedazurdemocrate.fr/|fr]