Mot-clé - abstention

Fil des billets - Fil des commentaires

lundi 19 juin 2017

Enseignements

logo_me_pt.jpg menton_ico.jpg

puceorange.gif 1 – Quand vous vous mettez à être d’accord avec ce que dit Christian Estrosi, c’est que mdr.jpg des choses se jouent en coulisses.

puceorange.gif 2 – Vous constatez que Menton a placé le FN en tête aux présidentielles pour la première fois, et qu'il fait encore 47% contre 53% au deuxième tour des législatives : un vote FN assumé et implanté désormais.

puceorange.gif 3 – Mais aussi que près de 60% d’abstention vous fait relativiser le 2…

puceorange.gif 4 – Au fait… mais que peuvent bien désirer ces 60% d’abstentionnistes ? De nouvelles têtes ? il y en avait cette fois, mais pas tout à fait de droite, ou bien trop à droite… Des mentonnais de Menton ? Dans tous les cas, ils ne se sont pas sentis concernés.

puceorange.gif 5 – Où l’on peut expliquer le 2 et le 4 par l’inconséquence des élus mentonnais. JC. Guibal et son mandat de trop, dépassé, continue de faire comme il a toujours fait campagne faisant arborer sur le Palais de l’Europe « Menton avec Fillon ! » et soutenant X.Beck avec E.Ciotti en guest star. Qui a cru aussi pendant longtemps qu’en recyclant des FN dans sa majorité (M. Mathieu, JJ. Clément) il pouvait le juguler. Cela n’a qu’un temps, il en a fait aussi le lit.

puceorange.gif 6 – Quand l’inconséquence devient irrationnalité dans les groupes de l’opposition municipale : Comment pourrais-je encore accorder le moindre crédit si j’étais FN aux élus FN mentonnais lorsqu’ils trahissent leur électorat en ne venant pas aux conseils, ou comme T.Gaziello qui vote tout et ne dit rien ? Peut-être n’a-t-il pas compris, lui, que le temps du recyclage était révolu, puisqu’il est même allé jusqu’à se prononcer pour la candidate d’en Marche ! Trahison de l’électorat aussi du côté du groupe qui se voudrait UDI de P.Novelli qui, lui, n’a pas hésité à appeler à voter FN au second tour des législatives, commettant ainsi pour moi l’irréparable. Dynamitage en règle d’une opposition municipale fantoche.

puceorange.gif 7 – Reste la nôtre d’opposition, celle de notre groupe « Mentonnais ensemble » : J’ai pour moi, de pouvoir continuer à me regarder en face dans mon miroir. Elu sur une liste d’opposition à JC. Guibal, je mène ce combat municipal conformément à ce pourquoi nos électeurs nous ont missionné. Liste de rassemblement, sans étiquette, je n’en garde pas moins la mienne, celle du MoDem, qui avait appelé de ses vœux voilà 10 ans la recomposition actuelle du paysage politique à laquelle les Français viennent de souscrire. C’est donc naturellement que je me suis inscrit dans la démarche d’Emmanuel Macron. Mais que peut une opposition sans cesse méprisée, dénigrée, bâillonnée ? Nous ne pesons encore vraiment pas lourds face aux pouvoirs en place. Charge à nous, à Menton, de relever le défi démocratique devant nous.

puceorange.gif 8 – Notre nouvelle députée, fidèle à son électorat, pourra nous aider à réorganiser notre vie collective à Menton. Je lui adresse ici mes plus vives félicitations et lui souhaite pleine réussite en portant haut les couleurs de notre territoire et de ses habitants à l’Assemblée Nationale. Les enjeux sont immenses, et dans cette ambiance révolutionnaire faite de peurs, de difficultés sociales et professionnelles, de guerre contre le terrorisme, nous avons fait le choix d’aller collectivement de l’avant, de se retrousser les manches avec détermination pour faire de la France ce qu’elle n’a jamais cessé d’être, un grand pays dans le monde, dans ce monde aujourd’hui mondialisé auquel elle a le devoir d’y prendre rang, avec l’impérieuse nécessité et le concours d’une Europe efficace. Vive la France, et vive le pays mentonnais !

ardisson.jpg

mercredi 26 avril 2017

Irresponsabilités

EM06.jpg

puceorange.gif Irresponsabilité de nos élus locaux LR.

puceorange.gif La disqualification de l’ancienne droite et de l’ancienne gauche dimanche dernier ouvre enfin la porte à une recomposition et une modernisation du paysage politique auxquelles j’ai personnellement appelé de mes vœux depuis 10 ans. Aujourd’hui les digues sautent, et une bonne part de nos élus de droite, ici dans les Alpes-Maritimes, s’accrochant comme des moules à leurs rochers de leurs prébendes, n’hésiteront pas à faire la campagne de Marine Le Pen. Il faut dire qu’ici, cela fait longtemps que la droite sarko-guibalo-ciottiste joue avec le feu de la porosité et de la récupération électoraliste du Front national. Pensant s’en servir et en jouer, ils en ont conforté le lit. Comment a-t-on pu oublier que Monique Mathieu, adjointe au maire s’il vous plaît de la ville, a porté les couleurs durant des années du Front national à Menton ?

puceorange.gif Alors à celles et ceux qui viennent vers moi tout sourire en saluant – à juste titre – le parcours d’Emmanuel Macron, j’avoue que mon enthousiasme est bien entamé par le prisme local. Pour avoir présidé un des gros bureaux de vote de Menton où le FN est arrivé en tête, je vous garantis que ça tempère l’ardeur légitime que nous pouvons avoir. Merci encore à tous les militants engagés ces dernières semaines qui n’ont pas compté leur temps et leur énergie mis au service du projet présidentiel d’Emmanuel Macron ; c’est une belle campagne, mais je leur dis que rien n’est encore joué, ici, dans les Alpes-Maritimes.

puceorange.gif Car enfin, quelle personne responsable peut croire une seconde à l’efficacité des mesures prônées par le FN ? Oui la mondialisation est violente, dure pour certains, injuste même parfois, mais croient-ils qu’en mettant la tête dans le sable comme une autruche, cela va nous en protéger de quelques manières que ce soit ? Croient-ils qu’en désignant l’Europe et les migrants comme boucs émissaires, cela va régler leurs difficultés ? Croient-ils qu’une économie autarcique créerait autant de richesses et d’emplois qu’une économie ouverte ? Le monde est tel qu’il est, avec sa menace terroriste, son économie désormais mondialisée et le rôle d’un élu, d’un responsable politique digne de ce nom, est de défendre les intérêts de la France et de sa population, de tenir un langage de vérité. Or un tel programme n’est que fausses promesses et comme tous les populismes, se servent de la crédulité et du suffrage du peuple à ses dépens pour arriver au pouvoir et, devant l’échec de leurs soi-disant solutions, s’y maintiendront par une surenchère de violences.

puceorange.gif Non, décidément, ce n’est pas cela que je souhaite pour nos territoires, nous méritons mieux que cette poudre aux yeux, et je n’aurai de cesse de dénoncer les manœuvres politiciennes bassement électoralistes en défendant le programme d’Emmanuel Macron, réaliste et volontaire, désormais le seul à même d’apporter protection, sécurité, pouvoir d’achat à nous Français du monde.

puceorange.gif Alors oui, en marche plus que jamais, qu’un sang impur abreuve nos sillons !


2017-05-05_5.jpg
Nice-matin du 5 mai 2017

mardi 25 mars 2014

Laissez mourir Menton…

logo_me_pt.jpg

J’ai mal à ma ville.

Depuis 2007 - un long mandat déjà - je me suis exposé un peu plus avant dans la chose publique. J’ai milité au MoDem à une heure où la Gauche pas plus que la Droite n’ont de véritable marge de manœuvre, et que leur sectarisme aveugle. J’ai cru sincèrement qu’à Menton, un vaste rassemblement de citoyens actifs pouvait débloquer la situation. Pascale Gérard, engagée elle-même dans ce type de réflexion, nous a ouvert grand la porte et nous avons pu travailler en toute intelligence à ce beau projet de « Mentonnais Ensemble ». Je la remercie très chaleureusement de continuer à se battre sans relâche pour les actifs de Menton, et pour les valeurs que nous défendons tous.

Hélas, c’était sans compter les egos surdimensionnés des uns et l’abstentionnisme des autres.

En tenant dimanche dernier le bureau de vote de mon quartier, je ne l’ai pas reconnu. Mais où donc étaient passés les gens que je croise tous les jours ? Où donc étaient passés ces visages qui attendent le bus, qui viennent chercher leurs enfants à l’école, qui râlent en voiture ne trouvant pas de place où se garer ? Restés chez eux sans doute. À la place, défilait devant moi un quatrième âge sortant une unique fois à grand’ peine de leurs appartements, vieillards souffrants et cacochymes tels des ombres, poser consciencieusement leur bulletin de peur et de haine dans l’urne. Pas de jugement hâtif s’il vous plaît : je n’ai aucune acrimonie envers nos aînés. Simplement, je ne les voyais pas. Une leçon pour moi : Deux Menton cohabitent sans se voir. Beaucoup de personnes âgées cloîtrées chez elles par l’âge et la maladie, et les Mentonnais qui travaillent, souvent en dehors de la ville d’ailleurs. Deux Menton dressées l’une contre l’autre. « Mentonnais Ensemble », disions-nous ? Oui, bien sûr. Une ville qui puisse faire ressortir nos anciens en ville avec des moyens adaptés et des transports efficaces en site propre, mais aussi faciliter la vie des actifs qui peinent tous les jours, ne serait-ce que pour se loger. Un beau projet, une belle équipe, des milliers d’idées vont rester lettres mortes parce que la sortie exceptionnelle au bureau de vote des uns, supplante la lassitude et le désintérêt de la chose publique des autres.

Alors oui, une majorité ira dimanche prochain certainement à Jean-Claude Guibal. Je l’en félicite. Il connaît très bien notre ville. Qu’il fasse son hôtel 5* à Garavan, qu’il fasse son parking aux Sablettes dans lequel nous n’irons pas tant il faudra payer 5 euros pour une course en ville. Je ne lui demande qu’une seule chose : qu’il ne laisse pas mourir Menton. Qu’il ait une pensée pour celles et ceux qui y vivent encore. Étranglée par le coût de la vie et du logement, la population active va continuer à partir, les commerces et les loisirs à fermer.

Ce cinquième mandat lui est offert sur un plateau par une grenouille qui voulait se faire aussi grosse que le bœuf. Patrice Novelli porte en effet une lourde responsabilité : par son obstination à vouloir être maire tout seul, il écarte d’un revers de main un rassemblement qui aurait pu être salutaire. Il ne sera rien. Jean-Claude Guibal restera maire, tout seul lui, avec plein de petits nouveaux dans son équipe. La Fontaine moralisait ainsi : Le monde est plein de gens qui ne sont pas plus sages : Tout bourgeois veut bâtir comme les grands seigneurs, tout petit prince a des ambassadeurs, tout marquis veut avoir des pages.

Dimanche prochain, je ne renie rien de notre engagement aux côtés de Pascale Gérard. Elle possède toutes les qualités pour être un bon maire et elle défend un programme hors du commun. Nous continuons la campagne plus que jamais. Une très belle campagne. Nous continuons à défendre ce que nous pensons être la meilleure chose à faire à Menton et nous tâcherons de faire bonne figure puisque les jeux sont faits. Ce seront nos Thermopyles. Mais s’il vous plaît, ne me laissez pas seul dans mon bureau de vote...

1__2_.jpg
2__2_.jpg
3.jpg
4.jpg
5.jpg
6.jpg
7.jpg
8.jpg

jeudi 24 octobre 2013

Trop de centres, tue le centre…

collmenton.jpg
Samedi dernier aux Colloques de Menton, Pascal Perrineau et les autres invités nous expliquaient que, chiffres à l’appui, c’était bel et bien les classes moyennes qui payaient la dette, qui voyaient proportionnellement leurs revenus stagner, voire baisser par rapport aux plus pauvres et aux plus riches. De là, se renforçait un sentiment de déclassement. J’ajouterais que si le "sentiment" est réel, le déclassement aussi… Ils avaient beau expliquer que dans un contexte de mondialisation, leur situation n'était pas si dégradée que cela, force est de constater qu'à l'échelle de la société française, ce n'est pas si simple.

Sur le plan politique par contre, P. Perrineau constatait une sorte d’attentisme de leur part. Là d’ailleurs se trouve notre immense défiance de la classe politique actuellement, ce que Jean Lassalle démontre chaque jour. Défiance renforcée encore par le quinquennat qui certes évacue la possibilité d’une cohabitation, mais éloigne considérablement les citoyens de toute action sur l’exécutif pendant 5 ans tout en renforçant le pouvoir présidentiel et de ses centrales technocratiques. En ces domaines, ce que fait Jean Lassalle est essentiel comme lanceur d’alerte, tout comme l’est le nécessaire rééquilibrage de notre constitution. Le non cumul des mandats est aussi largement plébiscité par ces classes moyennes de plus en plus au fait et critiques de l’action publique - et celles-ci ne s’en désintéressent pas, bien au contraire. Réfléchir aussi à une forme de participation citoyenne au côté de la représentativité, pivot de notre démocratie, ne serait pas non plus complétement dénué de sens. Bref.

Que faisons-nous alors ? Nous attendons nous dit P. Perrineau. Oui… nous attendons le non cumul des mandats, nous attendons des élections directes sur les EPCI, nous attendons les prochaines échéances électorales… et qu’avons-nous ? Nous votons sans grand enthousiasme, ou nous ne votons plus… ou blanc… ou MoDem… Peu encore franchissent le pas du vote aux extrêmes populistes ; jusqu’à quand ? François Bayrou et son MoDem avaient compris cela et ont d’ailleurs fait de bons scores aux présidentielles ; et alors ? Rien. Rien parce que nos institutions binaires l’ont complètement marginalisé. Ainsi, pour revenir sur la scène politique, il se rapproche de l’UDI inféodée à la droite, et nous recrée une nostalgique et dépassée UDF. Je ne suis pas certain que les personnes qui l’ont suivi jusque-là le suivent sur ce terrain.

Dans tous les cas, le MoDem des Alpes-maritimes a décidé de ne pas se renier, et c’est plutôt une bonne nouvelle par les temps qui courent. Le ralliement à l’UDI est national et obéit à des règles nationales ; il ne sera pas automatique au local, surtout sur des élections municipales. Comment pourrait-on rester crédibles si nous abandonnions tout ce pourquoi nous nous sommes battus ? Pour rallier des gens qui ont suivi 24 ans l’UMP ? Eh bien non. C’est pourquoi on se fera encore railler parce que nous soutiendrons à Cannes une équipe de droite et à Menton une équipe de gauche. Et alors ? Le MoDem soutiendra aux municipales des équipes les plus à même de faire avancer nos idées, nos projets. Il propose d’ailleurs une charte sur laquelle tout candidat de droite comme de gauche pourra se positionner… ou pas. L’idée centriste n’est pas sectaire, elle est ouverte, généreuse et optimiste. Allons de l’avant, changeons notre paysage politique, et je me fiche de savoir si je suis de centre-droit ou de centre-gauche… MoDem je suis !
chartecandidatmunicipales2013.jpg

mercredi 25 avril 2012

2012 : des élections « antisystème » ?

urge.jpg

puceorange.gif Finalement, l’affiche du deuxième tour nous semble normale, presque rassurante.

puceorange.gif En effet, après le traumatisme de 2002, retrouver un bon vieux duel droite-gauche nous ferait presque dire que tout va bien en France, en notre bonne vieille démocratie mature et apaisée.

puceorange.gif Et pourtant, jamais une élection présidentielle n’a vu 5 candidats atteindre un score de 10%. François Hollande 28%, Nicolas Sarkozy 27%, Marine Le Pen 18%, Jean-Luc Mélenchon 11% et François Bayrou 9%. Et alors me diriez-vous ? Eh bien une chose essentielle : Cela confirme la tendance lourde depuis 2002 qu’est le rejet par une majorité de Français du bipartisme droite-gauche.

puceorange.gif En effet, les extrêmes par définition exclusives et opposées à la règle démocratique, totalisent 29%. François Bayrou sentant bien le phénomène latent depuis 2002, faisait le pari d’un rejet « raisonné » de la droite de gouvernement comme de la gauche : 9%. Ce qui nous amène à 38%. Ajoutez à cela les 20% d’abstentionnistes, cela nous fait 58% de Français pour lesquels le choix ne s’est ni porté sur la gauche gouvernementale, pas plus que sur la droite sortante.

puceorange.gif Or, depuis le choc et la prise de conscience de ce phénomène en 2002, rien a été fait, ou si peu. Jacques Chirac a confessé depuis qu’élu avec 82% des suffrages, il n’avait pas pris la mesure de ce fait, ni concrétisé un gouvernement d’union. En 2007, François Bayrou en avait fait sa position originale et l’avait placé en 3° homme, tandis que Nicolas Sarkozy menait campagne habilement contre la gauche naturellement, mais aussi contre la droite sortante avec sa « rupture » et son roi fainéant.

puceorange.gif En 2012, la défiance des Français à l’égard des partis de gouvernements est plus que jamais là. On peut gloser sur l’échec de François Bayrou, puisque le populisme des extrêmes a fait nécessairement mieux, il n’empêche que le danger démocratique est bien présent. Alors oui, on se prononcera encore pour l’un ou l’autre au second tour. Alors oui, on continuera de dénoncer les décisions partisanes donc iniques des uns et des autres, oui on militera pour une VIe République limitant 5 ans de pouvoir quasi absolu de l’exécutif. Et après ? D’ici 2017, le vote Marine Le Pen sera devenu un vote d’adhésion. Il l’est déjà en partie ; pas la peine de s’en voiler la face. Les droites populistes dans une Europe en crise, malmenée par la mondialisation et la crise économique l’ont bien compris. Elles vont se faire mielleuses pour mieux mettre à bas le parlementarisme ; cela s’est déjà vu ailleurs… en d’autres temps.

banniere-468x60.png

samedi 20 mars 2010

M'sieur... pourquoi c'est grave l'abstention ?

vote.jpg

Question naïve d'adolescent ?

Pas tant que cela à en juger la consternation des médias et des politiques nous annonçant régulièrement des taux records d'abstention, la mine déconfite, sans jamais aller plus loin.

« C'est grave parce que » commence ai-je, abondant d'ailleurs dans le sens du politiquement correct, pour trois raisons :

  • Premièrement, des gens se sont battus et sont morts pour que l'on ait, nous, aujourd'hui le loisir de choisir nos dirigeants. Quel luxe ! Il est donc bon de s'en souvenir, à une époque où on aurait bien du mal à risquer sa peau, tant nous tenons à notre petit confort matériel. Des multiples Révolutions aux combats de la dernière guerre... Gloire à nos morts donc !
  • Ensuite, c'est exercer notre devoir de citoyen. Là le regard de mon interlocuteur se perdit un peu. Il est vrai que le sens civique, le sens du «bien commun» tend à se perdre, dans nos sociétés matérielles, égoïstes et individualistes. Las ! Il n'en demeure pas moins que c'est un devoir. Quant à ceux qui réclament de rendre le vote « obligatoire », quel aveu de faiblesse et d'échec cela serait. On tirerait ainsi un trait sur le citoyen « éclairé ». Il est certain que l'éducation de tous n'est pas tellement à l'ordre du jour aujourd'hui... mais cela est un autre débat.
  • Troisièmement, cela met en danger, ni plus ni moins, la démocratie. Car enfin, la démocratie étant fondée sur une règle simple, celle du plus grand nombre, que devient-elle si une minorité seulement s'exprime ? C'est la porte ouverte à ceux qui prônent que les citoyens ne sont pas aptes à comprendre, et à décider. Au mieux, c'est de l'élitisme condescendant (on en a eu le triste exemple récemment avec la fusion de la CARF à la CUNCA que le pauvre mentonnais n'est pas à même d'en comprendre les enjeux.) Le terme de ce processus n'est autre que la confiscation du pouvoir. Confiscation par une « élite », (aristocratie, ploutocratie...) ou pire, confiscation par les extrêmes aux méthodes populistes et aux idées simplistes.

Où en est-on en 2010 ?

Je ne suis pas très porté sur les citations, mais ici, elles peuvent être significatives : Qui a dit : « L'aristocratie est l'état où une portion de citoyens est souveraine et le reste sujet. Et quelle aristocratie ! La plus insupportable de toutes : celle des riches »

ou encore : « Le peuple ne se sent dans l'insécurité que lorsqu'il n'a pas de chef. Dès l'instant où il est fermement dirigé, il est heureux ; car il sait très bien qu'il ne comprend rien à tout ça »

Respectivement, Robespierre et Hitler...