mardi 28 mars 2017

L'orientation budgétaire 2017

logo_me_pt.jpg

puceorange.gif Chaque année, dans les deux mois précédant le vote du budget, un débat sur les orientations budgétaires (DOB) de la commune doit avoir lieu. Voici le texte de mon intervention au conseil municipal du 27 mars 2017 pour le Groupe "Mentonnais ensemble" :
dob2017.jpg
puceorange.gif Alors que vous nous avez brossé une situation économique où, à peu de choses près, rien ne va, nous préférerions constater que l’économie française retrouve des couleurs pour la deuxième année consécutive. Il est faux d’affirmer comme vous le faites, que l’investissement des entreprises françaises restera décevant en 2017, quand le CICE – crédit d’impôt, compétitivité, emploi – a permis au contraire, aux entreprises de retrouver des marges et d’investir à nouveau ; c’est particulièrement le cas des TPE-PME. Que l’économie française soit moins réactive que celle d’autre pays est normal dans un pays qui protège, qui amorti les chocs par une tradition de protection et d’aides sociales. Nous sommes bien conscients que certains veulent casser notre modèle social pour s’enrichir plus vite encore, mais il s’agit d’un choix sociétal désormais bien ancré depuis le Conseil national de la Résistance, et l’économie, ici, n’en tient qu’une part.

puceorange.gif Parce que nos entreprises hésitent encore à passer le cap de l’embauche de personnes, comme elles s’y étaient pourtant engagées, il conviendra en 2017 de lever les derniers freins, en particulier les effets de seuils qui les découragent encore, tout en préservant l’intégrité de notre modèle social, de notre sécurité sociale.

puceorange.gif La solution n’est pas dans le protectionnisme, nous sommes là d’accord, mais sans compromis du tout en ce qui nous concerne. On peut certes se désoler du Brexit, d’une évocation d’un Frexit car votre inclinaison est libérale, mais dans le même temps, posons-nous la question du pourquoi du retour de ce protectionnisme comme remède à tous les maux. S’il y a aujourd’hui une tentation de repli sur soi de la part des peuples, c’est à mettre en regard d’une Europe sourde à ses populations, négligeant leurs mises en garde référendaires, pour privilégier l’économie à leur détriment. Eh bien les peuples font désormais sans l’Europe. Vous pouvez aujourd’hui le déplorer quand vous présentez ici un tableau de la situation économique, mais il fallait ne pas renoncer à une Europe politique, car c’est celle des peuples, c’est celle de la démocratie, de la paix et de la solidarité. A Menton plus qu’ailleurs, il fallait bâtir une eurorégion de la Riviera franco-italo-monégasque comme ont su le faire les Alsaciens entre Bâle et Mulhouse ou les Lillois avec la Belgique. Au lieu de cela, on préfère réaffirmer les frontières comme si elles allaient nous protéger du vent de la mondialisation, et les suffrages des eurosceptiques s’envolent. On l’a oublié, mais le groupe d’opposition le plus important ici à votre majorité, ce n’est pas nous, ce n’est pas le groupe de M. Novelli, c’est le groupe FN qui vote tout et ne dit rien.

puceorange.gif Vos orientations budgétaires doivent donc être cohérentes ; vous ne pouvez pas nous annoncer que tout va mal, que l’État baisse ses dotations, et nous présenter dans le même temps un plan d’investissement conséquent pour la commune. Oui, l’État mène une politique, mais vous choisissez d’y aller contre. Si l’État baisse nos dotations, c’est pour encourager la mise en place de synergies intercommunales. Au lieu de cela, vous décidez de maintenir un Office de tourisme communal à l’aide d’une disposition détournée de la loi montagne, vous décidez du maintien de services d’urbanisme communaux, etc etc... C’est à se demander si le nouveau Président de la CARF est bien d’accord avec le Maire de Menton tant leurs intérêts divergent. L’intercommunalité ne va pas à l’encontre de l’intérêt des communes, elle adapte nos territoires et leur gouvernance. Elle doit plus conduire par contre, à la disparition des départements en récupérant leurs compétences. Là résident les nouvelles recettes pour nos budgets locaux. Alors +30% sur la taxe d’habitation des résidences secondaires, oui, la révisions des bases fiscales, oui, la mise à jour du RIL, oui, les cessions immobilières, passent, mais ce ne sera pas cela qui fera notre fiscalité locale de demain.

puceorange.gif Quant à l’investissement, c’est bien entendu une question de choix. 2017, sera le choix de l’aménagement de surface du parking des Sablettes maintenant que la plaie est ouverte ; ce sera le choix du patrimoine pour une part restauré, vendu pour une autre avec la vente de l’hôtel Adhémar de Lantagnac ; ce sera le choix de la vidéosurveillance, de la vidéoverbalisation et enfin, ce sera le choix des mises en DSP incontrôlées qui continuent avec la prise en charge du stationnement de surface à la même et unique société qui gère déjà les parkings souterrains, sans parler du massacre programmé de tous les oliviers du plateau St Michel alors que la puissance publique aurait pu investir, elle, dans un camping de qualité à l’environnement patrimonial préservé.

puceorange.gif Non, décidément, nous ne pouvons pas souscrire à votre orientation budgétaire.

2017-03-28_5.jpg

2017-03-28_6.jpg Nice-matin du 28 mars 2017

dimanche 29 juillet 2012

Une VIe République… vite !

6erep.jpg

François Bayrou avait le premier magistralement dénoncé l’affairisme de la présidence sarkozienne dans abus de pouvoir. Nul doute que les affaires freinées un temps vont refaire la une à la rentrée : La Justice a quelque chose de bien, c’est que tôt ou tard, les procédures finissent par aboutir.

Or les affaires ont été si nombreuses et si scandaleuses que tout le fonctionnement républicain risque d’être remis en cause. Ce serait cruel de les rappeler ici : Allez… on le fait : L’affaire Tapie et son tribunal arbitral, l’affaire Bettencourt + Kadhafi et le financement des campagnes électorales, l’affaire Karachi, ses rétro-commissions et ses victimes collatérales, Clearstream et son croc de boucher, l’affaire Courroye et les écoutes de journalistes, les sondages de l’Élysée, l’EPAD et le fiston – voilà pour les principales.

Pourquoi les rappeler ? Parce que les procès en cours mettront tous en cause, à n’en pas douter, l’excessive centralisation des pouvoirs dans la main du seul chef de l’État. Le débat n’est certes pas nouveau, mais bien plus dangereux aujourd’hui et cela, pour trois raisons :

  • 1- Une profonde incompréhension entre gouvernants et gouvernés

Le contexte n’est plus celui de l’après-guerre, d’une personnalité écrasante comme l’a été celle du Général. La légitimité de nos gouvernants est depuis longtemps mise à mal par les populismes de tous bords dont les audiences ne cessent de monter. La déconnexion croissante entre les « élites » républicaines et la masse citoyenne est devenue insupportable pour la démocratie.
Qu’on incrimine la Finance, la technocratie, la mondialisation sans trop savoir ce qu’elle revêt, ou bien les étrangers, ou encore tout à la fois, notre démocratie ne fonctionne plus de façon satisfaisante pour le XXIe siècle. La question européenne sur ce point est la plus douloureuse, et je passe sur les mesquineries des élus locaux. En outre, la mise en place du quinquennat éloigne encore un peu plus le contrôle citoyen puisque la messe est dite pour cinq années sans réelle possibilité d’intervention, hormis celle d’un hypothétique référendum.

  • 2- Le contexte actuel est celui d’une crise liée à une mondialisation difficile et angoissante pour l’Europe

La prise de conscience de l’opinion publique sur ce point est déjà très avancée – il n’y a que les « politiques » pour la nier – Or, le solde affairiste du quinquennat sarkozyste révèle au grand jour ce hiatus grandissant. De plus, le contexte aujourd’hui est angoissant : maintenir notre niveau de vie élevé et notre puissance au sein d’un monde mondialisé est loin d’être assuré. Et le débat devient social dès cet instant. Il exacerbera les tensions avec nos gouvernants lorsque ceux-ci se montreront impuissants. Là est tout l’enjeu des licenciements chez Peugeot ou ailleurs ces dernières semaines. N’importe qui a fait un peu d’Histoire pourra diagnostiquer un contexte explosif ; vous en avez ici tous les ingrédients.

  • 3- L’état d’urgence de la situation

D’abord répondre au déficit démocratique par une réforme institutionnelle majeure en changeant de République et sauver ce qu’il reste de notre lien civique. Ensuite, se tourner résolument vers l’Europe comme planche de salut dans la mondialisation. Facile à dire me direz-vous.

La présidence « normale » que prône François Hollande a sonné juste dans la campagne car elle répond en partie au premier défi. Il est indispensable d’aller beaucoup plus loin et c’est possible : Les socialistes ont 5 ans et quasiment tous les pouvoirs pour le faire. C’est une fenêtre unique, et s’ils ne le font pas, plombés par le poids des conservatismes, ils devront en porter la lourde responsabilité.

Pour l’Europe, la crise et son règlement au coup par coup a démontré que l’on existera à l’échelle mondiale si et seulement si une intégration plus politique voit le jour. Cela ne se fait pas du jour au lendemain, certes, mais ne serait-ce que réenclencher le processus de construction européenne abandonnée depuis des années serait louable. Comment ? Avec les peuples certainement. Plusieurs analystes s’accordent à penser que le meilleur moyen serait de s’appuyer sur les parlements nationaux, seules institutions à être à peu près semblables en Europe et présentant l’énorme avantage d’être élues. Harmoniser leurs calendriers électoraux, leurs compétences, les associer de plus en plus au Parlement européen.

Voilà deux évolutions qui, menées en parallèle, peuvent sauver notre démocratie malade.

jeudi 23 juin 2011

Démondialisation ?

crise.jpg

  • Un petit livre sain ; de grandes idées salutaires.
  • Ce n'est plus de la vieille gauche dans laquelle je ne me reconnais pas. C'est contre l'ultralibéralisme ambiant.
  • C'est résolument européen.
  • C'est en faveur des peuples et des citoyens. La République plus forte que la mondialisation.
  • C'est de l'économie durable, éco-responsable.

Bref, une forme de centrisme révolutionnaire ! J'ADHERE !

demond.jpg
A. MONTEBOURG, "Votez pour la démondialisation !" Flammarion, 2011, 2 euros

samedi 28 mai 2011

Le manifeste des Indignés

0_eu_flag.jpg

Nous sommes des personnes normales et tout ce qu’il y a de plus ordinaires. Nous sommes comme toi : des gens qui se lèvent le matin pour étudier, pour travailler ou pour chercher du travail, des gens qui ont de la famille et des amis. Des gens qui travaillent dur tous les jours pour vivre et offrir un avenir meilleur à ceux qui nous entourent.

Certains d’entre-nous se considèrent comme davantage progressistes, d’autres plus conservateurs. Les uns croyants, les autres non. Certains ont des idéologies bien définies… d’autres enfin se considèrent comme apolitiques. Mais nous sommes tous préoccupés et indignés par le panorama politique, économique et social qui nous entoure. Par la corruption des politiques, des entrepreneurs, des banquiers… Pour le mépris des citoyens ordinaires.

Cette situation nous fait mal tous les jours. Mais si nous nous unissons tous, nous pouvons la changer. Il est l’heure de se mettre en mouvement, l’heure de construire pour tous une société meilleure. Pour cela, nous soutenons fermement en ce qui suit :

Les priorités de toute société avancée doivent être l’égalité, le progrès, la solidarité, le libre accès à la culture, l’équilibre écologique et le développement, le bien-être et le bonheur des personnes.

Il existe des droits basiques qui doivent être garantis dans toute société : le droit au logement, au travail, à la santé, à l’éducation, à la participation politique, au libre développement personnel, et le droit à la consommation des biens nécessaires à une vie saine et heureuse.

Le fonctionnement actuel de notre système économique et gouvernemental ne porte pas attention à ces priorités et constitue un obstacle au progrès de l’humanité.

La démocratie vient du peuple (démo =peuple ; cratie =gouvernement) et le gouvernement doit être celui du peuple. Toutefois, dans ce pays, la majeure partie de la classe politique ne veut pas nous écouter. Son rôle devrait être d’élever notre voix à la hauteur des institutions, en facilitant la participation politique citoyenne suivant un cours direct et pour le bénéfice de la société, et non de s’enrichir et de prospérer à nos frais, attentifs seulement aux diktats des grands pouvoirs économiques et s’affairant au pouvoir à travers une dictature des partis à la tête desquels on trouve les inamovibles sigles du PPSOE.

La soif et l’accumulation de pouvoir chez quelques uns génère les inégalités, crispation et injustice, ce qui conduit à la violence, que nous refusons. L’obsolète et antinaturel modèle économique en vigueur bloque les mécanismes de la société en une spirale qui se consume elle-même, enrichissant quelques uns et faisant entrer les autres dans la pauvreté et l’indigence. Jusqu’à l’effondrement final.

La fin et les moyens du système résident dans l’accumulation de l’argent, primant par dessus tout l’efficience et le bien-être de la société. En gaspillant les ressources, en détruisant la planète, tout en gérant le chômage et des consommateurs aux besoins jamais assouvis.

Les citoyens sont une partie de l’engrenage d’une machine destinée à enrichir une minorité qui ne sait rien de nos besoins. Nous sommes anonymes, mais, sans nous, rien de tout cela n’existerait. C’est pourquoi nous sommes décidés à apparaître au jour, puisque c’est nous qui faisons avancer le monde.

Si, comme société, nous apprenons à ne plus lier notre futur à une abstraite rentabilité économique que jamais ne profite à la majorité, nous pourrons faire disparaître les abus et carences dont nous souffrons.

Une Révolution Étique est nécessaire. Nous avons placé l’argent au dessus de l’Être Humain au lieu de le mettre à notre service ; nous sommes des personnes, pas des produits de marché. Ce qui me définit, ce n’est pas seulement ce que j’achète, pourquoi je l’achète ou à qui je l’achète.

Pour toutes ces raisons, je suis indigné.

Je crois que je peux le changer.

Je crois que je peux y aider.

Je sais, qu’unis, nous le pouvons.

Descend dans la rue avec nous. C’est ton droit.

mercredi 4 mai 2011

Vintimille, Menton… et schengen : quelle mauvaise foi !

0_eu_flag.jpgmd06.jpg

Sarkozy – Berlusconi : 0 partout !
Quand d’un côté comme de l’autre on manipule l’information, quand on continue de prendre ses concitoyens pour ce qu'ils ne sont pas…

Mauvaise foi côté italien car, sous couvert des accords de Schengen qui autorise la libre circulation des biens et des personnes à l’intérieur de la zone, Silvio Berlusconi sait pertinemment qu’en délivrant les visas aux quelques 25.000 tunisiens arrivés en Italie, ceux-ci quitteraient le sol italien pour aller majoritairement en France, pays dans lequel la langue est connue et se trouve peut-être déjà de la famille. L’Italie se « débarrasse » du problème.

Mauvaise foi du côté français car, au lieu de dénoncer cette pratique – Schengen a pour objet aussi de renforcer les frontières extérieures de l’Europe, et l’Italie se déjuge en pratiquant de la sorte – Nicolas Sarkozy ajoute de l’huile sur le feu en bloquant un train… et du même coup la frontière franco-italienne. Pire encore, il accuse le traité de Schengen et non le coup de force de l’Italie. Je dis pire, car en pointant Schengen, Sarkozy accrédite encore un peu plus les thèses nationalistes, populistes et simplistes de l’extrême droite. Et histoire de faire bon poids, la raison officielle est « trouble à l’ordre public »…, avec force venue de notre ministre de l’Intérieur. Le tout sécuritaire est toujours de mise. D’autant que les visas Schengen sont encadrés : justifier la raison du déplacement, être en possession de moyens de subsistance suffisants pour la période du séjour - 90 jours maximum - et bénéficier d'une assurance rapatriement.



Qu’en retenir ?

  • Eh bien que nos deux matamores continuent de faire de la com’ et en même temps le lit des extrêmes droites.
  • Que cela ne se serait peut-être pas envenimé si une vraie politique transfrontalière entre Menton et Vintimille avait vu le jour. Depuis 20 ans, la mairie de Menton refuse de faire quoi que ce soit, tout en utilisant les crédits alcotra à autre chose que leur destination initiale.
  • Qu’humainement, la situation à Vintimille se dégrade, que les réfugiés sont jeunes et sans ressources pour la plupart.
  • Que le réel enjeu est ailleurs. Ne pas laisser l’Italie gérer seule le flux de ces jeunes Tunisiens ; un manque de gouvernance de l’UE une fois de plus. Régler au plus vite la guerre de Libye et de fait, la pression à la frontière tunisienne. Une vraie politique de voisinage avec les pays proches de l'Union européenne.
  • Que notre Europe est décidément bien mal en point pour accepter cela sans rien dire et, qui plus est, en acquiesçant à la proposition de redéfinir Schengen…

Pour tout cela, venez rejoindre le MoDem à la frontière à Menton ce samedi 7 mai, à 17h00.
Nous marquerons symboliquement cette triste Fête de l'Europe en réparant un drapeau européen géant !
Mobilisation flash contre les gouvernants français et italiens qui bafouent les traités européens pour des raisons électoralistes. Rendez-vous au poste frontière du Pont St Louis à Menton à 17h00.

drapeau_ue.jpg
état de l'Europe au poste frontière de Menton le 7 mai...

A deux jours du 61ème anniversaire de la déclaration de Robert Schuman à l'origine de cette ambition commune qu'est l'Europe, ici entre ces deux territoires récemment confrontés à un défi dépassant par nature les moyens limités de leurs autorités respectives, il est devient urgent et vital de renforcer l'Union européenne.

Ainsi, par cette action symbolique consistant à rapiécer le drapeau commun et recoudre ses composantes étoilées, nous voulons manifester notre défiance vis à vis de ces gouvernements otages de formations extrémistes, xénophobes, régionalistes, qui se sont honteusement défaussés sur la construction européenne pour masquer leur propre échec.

200 immigrés fuyant la misère aux portes des Alpes Maritimes, département de plus d'un million d'habitants, 25 000 à Lampedusa dans un pays peuplé de plus de 60 millions d'habitants, entités englobées dans un espace harmonisé de près de 500 millions d'habitants, menacent-ils vraiment l'ordre public au point de remettre en cause un pan entier de la construction européenne, quand on sait que la Tunisie elle-même fait face à 200 000 réfugiés fuyant un conflit auquel nous participons en Libye, et que l'Allemagne a accueilli seule 600 000 réfugiés bosniaques pendant le conflit des années 90.

Quand on évoque, dans une agitation pré-électorale, la suspension des Conventions de Schengen, leur modification, la révision des clauses de sauvegarde, on méprise d'une part les 25 autres partenaires européens qui sont concernés par ces textes et d'autre part les citoyens en les trompant sur l'origine de ces dysfonctionnements.

En effet, la France et l'Italie, qui ont pourtant fait partie du premier groupe groupe de six États à avoir répondu à l' appel de Schuman, ne peuvent pas mettre à mal l'Europe à elles seules. Si ces textes organisent la libre circulation des personnes à l'intérieur de cet espace sans frontières, c'est en confiant le contrôle de sa part de frontières extérieures à chacune de ses composantes. Cet acquis européen implique donc une solide confiance dans les autres pays. Or c'est précisément la confiance, moteur de la construction européenne, qui est atteinte dans ce funeste pas de deux.

Pour la restaurer, il faudra inéluctablement passer par une communautarisation des contrôles externes, une mutualisation européenne des moyens. Mais cela ne suffira pas. Si l'Europe vieillissante ne s'intéresse pas aux transitions en cours dans les pays de la rive Sud de la Méditerranée, si elle n'accompagne pas le progrès économique et social de ces sociétés riches de leur jeunesse, elle se condamnera à l'échec d'un repli sur soi à l'abri illusoire de fragiles frontières.