samedi 14 octobre 2017

Communication municipale

logo_me_pt.jpg

141.jpg

dimanche 1 octobre 2017

L’urbanisme verrouillé

abus.jpg

puceorange.gif C’est évidemment contre l’octroi de délégations supplémentaires données au Maire, que nous nous sommes déterminés lors du dernier conseil municipal. En effet, l’article L2122 permet au Maire de prendre seul un certain nombre de décisions sans avois besoin d’en porter le débat en conseil. Une sorte de 49-3 à la sauce municipale. Le compte-rendu en est donné à chaque conseil en une liste compacte et plus ou moins sibyllines de 12 pages par exemple jeudi soir. Si nous pouvons comprendre que tout n’ait pas vocation à passer en conseil, que tout est parfaitement légal, il n’en demeure pas moins que le résultat est de confisquer ainsi le débat en dépossédant l’assemblée qui, à la base, est faite pour être délibérative.

puceorange.gif Jeudi soir, s’ajoutait le fait que ces nouvelles concessions concernent les questions d’urbanisme. L’urbanisme, qui est d’une acuité particulière aujourd’hui, au moment même où le PLU se met en place, que des opérations immobilières importantes sont lancées. Pour mémoire, une délibération du dernier conseil municipal a été ajournée, les critères de sélection et de délimitation des SMS demandés à plusieurs reprises ne nous ont toujours pas été communiqués, des réunions techniques sont organisées en catimini, sur invitation des seules personnes concernées : Ce n’est pas cela un débat public.

puceorange.gif Je puis vous assurer que nous resterons vigilants plus que jamais de décisions qui devraient désormais se prendre dans les alcôves feutrées du premier étage et ce, malgré les mises devant les faits accomplis, les chicaneries de non remises de pièces administratives pour le travail d’opposition que nous tâchons de mener.
2017-09-29_6.jpg
Nice-Matin du 29 septembre 2017

lundi 10 juillet 2017

Délibération P.L.U ajournée au conseil municipal

ville_menton.jpg puceorange.gif Grâce à notre intervention, une délibération actant la destruction de tout le quartier Jeanne d’Arc a été ajournée pour « réexamen ».

puceorange.gif En effet, après avoir fait voter une ZAD en avril, la destruction programmée des maisons en face la chapelle Jeanne d’Arc aurait été rendue possible à coups d’expropriations pures et simples. En le dénonçant, en arguant du fait que les personnes concernées ne sont même pas au courant, mais aussi en proposant une autre solution pour le réaménagement de ce quartier, le maire a préféré reporter la délibération.

puceorange.gif Quand la majorité prend acte des remarques de son opposition… les temps changent !

puceorange.gif Voici le texte de notre intervention : Réagissez sur pludementon@philippe-briand.fr


fch.png "Exemple même de dérapage entériné par le PLU, cette opération sur le SMS 3. Encore une fois, une opération de renouvellement urbain se justifie à bien des égards sur le secteur. Mais l’opération d’ensemble que vous envisagez est surdimensionnée alors qu’il conviendrait de faire du sur-mesure ici.

fch.png Le SMS 3 est en effet à cheval sur deux secteurs UAb et UBc. Nous vous demandons de ramener le SMS à la seule partie en UAb, c’est à dire à la rive du Careï. Des ventes ont déjà été opérées par la commune ou l’EPF c’est en cours, et cela permet la rénovation urbaine souhaitée. Cela ne permettra pas de sauver la villa Caserta avec ses frises et son clocheton qui marquait l’entrée de la ville, mais cela permettrait de sauver le patrimoine des maisons mentonnaises sur l’arrière, en zone UBc avec leurs jardins en restanques. Sur cette zone UAb concernée, nous vous demandons également de porter la part de logements sociaux de 30 à 70 % puisque c’est le but affiché du projet de SMS. Le taux de 30% permet surtout une opération immobilière, non une politique de logement social comme affichée.

fch.png Si vous maintenez le secteur UBc dans le projet, vous détruisez le patrimoine urbain des campagnes mentonnaises, mais surtout vous expropriez ni plus ni moins une dizaine de familles mentonnaises de leur maison, souvent acquise au terme d’une vie de travail sans qui ne leur soit permis de se défendre puisque, eux, ne sont même pas au courant du projet à ce jour, qu’ils continuent de rénover d’ailleurs leur maison, et que cette présente délibération n’a autre objectif d’avaliser une déclaration d’utilité publique DPU. L’indemnisation de leur expropriation ne leur permettra pas de trouver l’équivalent sur le territoire de la commune. Vous optez pour la manière la plus violente d’expropriation alors que la zone UBc ne permet qu’une emprise au sol de 30% et un coefficient de végétalisation de 50 % en pleine terre, ce qui est à peu de choses près la densité actuelle. Les zones UB présentent une certaine qualité paysagère et fondent le slogan « Ma ville est un jardin » au-delà des jardins d'exception. A ce titre, elles doivent être mises à l’abri d’un grignotage systématique par la promotion immobilière par l’entremise des « servitudes de mixité sociale »

fch.png Un projet violent donc, un PLU destructeur, et non pas protecteur comme il est présenté dans les brochures municipales, pour une densification ridicule au final en UBc. Nous vous le demandons instamment, réduisez le SMS à la zone UAb, préservez les biens des particuliers mentonnais en UBc, augmentez la part de logements sociaux dans les futures constructions en UAb. Sans quoi, c’est exactement ce que nous craignions lors du vote du PLU en mars quand je vous avais demandé les critères de choix des zones de SMS et que vous ne m’aviez pas répondu.

3-4.jpg