Razzia sur le stationnement à Menton

logo_me_pt.jpg

puceorange.gif Depuis la mise en DSP (délégation de service public à un délégataire privé) à un seul et même délégataire (Interparking) du stationnement souterrain et de surface, la ville semble être mise en coupe réglée. Des emplacements de surface disparaissent en étant requalifiés, et à chaque conseil municipal, son périmètre de stationnement payant supplémentaire. C’est aujourd’hui le tour du quai Napoléon III de devenir payant, après les rues V. Hugo, P. Morillot, et le stade Rondelli cet été. Les motivations évoquées d’évacuer les voitures ventouses, d’améliorer la rotation des véhicules et de faciliter le stationnement des riverains (sic !) cachent sans doute une motivation plus calculée : remplir les parkings souterrains désespérément sous-occupés.

puceorange.gif Ajoutez à cela la mise en place de la dépénalisation du stationnement, occasion de doubler l’amende en cas de non paiement du ticket – 34 euros au lieu de 17. Ajoutez encore l’impossibilité de laisser la voiture toute la journée en surface 6 ou 7 h d'affilée pour aller travailler, les horodateurs limitant le stationnement à 3 heures. Ajoutez enfin, la surdité municipale à tout autre modes de déplacements, sans aménagements 2 roues, sans travail sur la fréquence des transports en commun.

puceorange.gif En réalité, nous en sommes là parce que la ville de Menton a pris 10 ans de retard dans la gestion de ses déplacements urbains. Il y a 30 ans, JC. Guibal avait embelli la ville, l’avait réveillé avec de nouveaux aménagements. Puis pendant les 10 années suivantes, Menton s’est rendormie tandis que les autres villes aménageaient des parkings en limites d’hypercentre. Aujourd’hui, il le fait avec 10 ans de retard, pendant que les autres villes, elles, piétonnisent leur centre en chassant les voitures et en réintroduisant des modes de déplacements doux. A Menton, ils ne piétonnisent pas, ils n’ont pas de réflexion sur les déplacements alternatifs, comme ils n’en n’ont pas non plus sur l’énergie solaire. Par contre, ils font payer les automobilistes leur usage contraint de leur véhicule.

puceorange.gif Il est urgent de mettre en place un vaste projet global des transports à Menton avant l’asphyxie totale du centre-ville et des vallées. C’est possible. Nous le voulons !

2017-09-30_2.jpg
2017-09-30_3.jpg
Nice-matin du 30 septembre 2017

Ajouter un commentaire

Le code HTML est affiché comme du texte et les adresses web sont automatiquement transformées.

Fil des commentaires de ce billet